Categories
écrits parution

Avis de parution: Anthropologie & santé, n.20: « Les vies de la psychiatrie et la reconfection de l’ordinaire »

Dossier thématique
Sous la direction de Nicolas Marquis et Baptiste Moutaud

La psychiatrie est traversée par des interrogations persistantes à propos de ce qu’est « soigner », mais aussi ce qu’est « bien vivre » lorsqu’on souffre d’une affection psychique chronique. Sur quels critères évaluer le bien-être ? Le soin peut-il dévier de ce que la personne à laquelle il s’adresse désire ? Entre la guérison, la rémission, la stabilisation ou le rétablissement, que vise-t-on ? Jusqu’où peut-on inciter un individu à être autonome ? L’objectif de ce numéro est de mettre en lumière un pan important du quotidien de la psychiatrie où se déploient concrètement ces interrogations : le travail de retissage d’une vie « ordinaire », et les critères utilisés pour définir en quoi pourrait consister cette vie. Si l’ordinaire prend une telle place dans les soins, c’est parce qu’il constitue précisément ce qui est mis à mal par le trouble mental mais aussi parfois par son traitement. Ce numéro est structuré autour de trois évolutions marquantes : la place grandissante réservée au discours des personnes souffrant de troubles mentaux ; la montée en puissance de la thématique du rétablissement ; et enfin le développement d’une anthropologie du potentiel caché. Ces évolutions renseignent sur les conceptions de ce qu’est une vie qui vaut la peine d’être vécue, des dimensions sur lesquelles il est possible d’agir pour y parvenir (biologiques, cognitives, structurelles, relationnelles, matérielles, symboliques, etc.), mais aussi de ce dont chacun devrait disposer pour mener au mieux son existence.

Introduction

Nicolas Marquis et Baptiste Moutaud
Les vies de la psychiatrie et la reconfection de l’ordinaire 

Articles

Nicolas Henckes et Nicolas Marquis
Ce que (faire) parler veut dire. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des récits de maladie en psychiatrie 

Florence Weber et Astrid Chevance
Perspectives méthodologiques comparées sur l’entretien clinique et la relation ethnographique avec des personnes suivies en psychiatrie 

Álvaro Jiménez-Molina
Se blesser pour survivre : les pratiques d’automutilation dans la vie d’une adolescente sans-abri au Chili 

Aurélien Troisoeufs
« Jouer aux normaux entre malades ». Expériences des troubles psychiques et normalités négociées dans les groupes d’entraide mutuelle. [

Elsa Forner-Ordioni
« L’imagination au pouvoir ! » Appropriation, matérialité et performance de la thérapie par réalité virtuelle en santé mentale 

Alain Ehrenberg
L’idéal du potentiel caché. Le rétablissement, le rite et la socialisation du mal 

Essai réflexif

Véronique Servais
Le « Projet Jonathan ». Aménager un environnement autour d’un enfant porteur d’autisme 

Hors thème

Annick Tijou Traoré et Béatrice Jacques
« Je me contenterais bien d’une seule maladie » : penser et vivre son cancer en contexte polypathologique 

Gabrièle Laborde-Balen, Odile Elad et Bernard Taverne
« Tu as grillé ta première ligne ! ». Anthropologie de l’échec thérapeutique dans le traitement du VIH au Cameroun

Accéder à la revue

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque de la commission Ethique et Psychiatrie: Limites et Psychiatrie : enjeux éthiques

Vendredi 31 janvier 2020, de 8h30 à 17h
Amphithéâtre HA1- Hôpital Adultes de la Timone
264 rue saint Pierre, 13005 Marseille

Renseignements : secretariat.ee-paca-corse@ap-hm.fr 04 91 38 44 26
Inscription obligatoire : http://evenement.medethique.com/psy_2020
Numéro de formation : 9313P004213

« Passé les bornes, y’a plus de limites » : notre époque semble avoir pris au pied de la lettre ce mot d’esprit d’Alphonse Allais (1854-1905). L’injonction est partout de« repousser ses limites », « faire bouger les lignes », « se dépasser ». L’illimité est une promesse, la limite une provocation, un défi que la science est appelée à relever. Le regard se porte à l’infini, aux confins, vers un homme augmenté pour un destin qu’une vie seule ne semble plus apte à contenir. Pourtant la limite n’est-elle pas aussi inéluctable que nécessaire ? Nous avons besoin de limites pour ordonner, structurer nos espaces, nos actions. Une fois reconnues les bornes, là où l’on ne peut pas aller, cette limite acceptée, respectée contribue à ce qu’adviennent créativité et inventivité. La limite en tant que frontière nous aide à penser : « On doit échapper à l’alternative du dehors et du dedans…La critique, c’est l’analyse des limites et la réflexion sur elles ». Cette posture énoncée par Foucault est particulièrement pertinente dans l’exercice de la psychiatrie, discipline médicale singulière qui questionne la notion de limite à bien des égards. Frontière ou continuum entre le normal et le pathologique ? Existerait il des bornes, des seuils, des barrières entre santé mentale et contrôle social, voire contrôle de l’ordre public ? Troubles, dysfonctionnement, désordre, pathologie, handicap … comment construire une nosographie quand les repères sont mouvants, fonction de la norme et des valeurs ambiantes ou même des attentes sociales ? Que nous disent ceux qui se tiennent aux limites, qui ne semblent plus les percevoir ou qui délibérément les transgressent ? Sont-ils tous des « patients » ? La limite est aussi réalité tangible : les murs de l’institution, de l’hôpital qui, en délimitant physiquement une aire géographique, marquent un espace de soins. Mais ils définissent aussi des territoires plus symboliques qui renvoient à l’exclusion, à l’entrave faite à la liberté de circuler. Toutes ces questions interrogent profondément notre pratique et la mettent parfois en tension jusqu’à l’inconfort. Qui n’a pas ressenti dans une institution, dans une situation complexe, ses propres limites ? Voire que son action était « limite » ? La vocation de ce colloque est d’inviter à une réflexion multidisciplinaire visant à éclairer les enjeux éthiques des limites tant au niveau de la clinique singulière, que des actions institutionnelles et sociétales.

Comité scientifique et d’organisation : Stéphane ARNAUD, Patricia CAIETTA, Nicole CANO, Isabel FERNANDEZ, Etienne GABORIAUD, Frédérique GIGNOUX-FROMENT, Jean-Marc HENRY, Laurence HERAULT, Margaux ILLY, Frédérique LAGIER, Hélène MOREAU, Valéry RAVIX, Armelle SAINT-PIERRE.

 

Programme:

8h30 : Accueil

9h00 : Allocutions d’ouverture
Jean-Robert HARLÉ, Professeur de Médecine Interne; Nicole CANO, Psychiatre

Exposé introductif : Peut-on protéger quelqu’un contre lui-même? Pierre LE COZ, Professeur de philosophie

09h30-11h00 Président de séance : Jean-Robert HARLÉ

09h30 : Penser l’ultime limite
Jean-François TOUSSAINT, Professeur de Physiologie

10h00 : De Jacquard à Alpha zéro : l’évolution de la limite Homme-machine
Valéry RAVIX, Ingénieur hospitalier

10h30 : Discussion

11h00 : Pause café

11h30-13h00 Président de séance : Didier BOURGEOIS, Psychiatre

11h30 : Du refus de l’habitation à la mise en place de dispositifs « de sécurisation »
Geoffroy MATHIEU, Photographe Jordi BALLESTA, Chercheur en photographie et géographie

12h00 : La psychiatrie comme limite de la psychose
Victoria Isabel FERNANDEZ, Psychologue clinicienne

12h30 : Discussion

13h00 : Déjeuner libre

14h30-17h00 Président de séance : Thierry MERROT, Professeur de chirurgie infantile

14h30 : Les limites de l’empathie dans le soin
Vincent ESTELLON, Professeur de psychologie clinique

15h00 : Questionnements adolescents et identité de genre
Tiphaine KROUCH, Psychiatre Delphine BERNOUX, Endocrinopédiatre

15h30 : Portrait du psychiatre en garde-fou
Bernard ODIER, Psychiatre, psychanalyste

16h00-17h00 : Discussion et clôture

 

Jeudi 30 janvier 2020 17h30: Projection du film Family Life de K. Loach (1971) suivie d’un débat.
Entrée gratuite sur inscription. Espace Ethique Méditerranéen. Hôpital Adultes de la Timone- 264 rue Saint Pierre –13005 Marseille

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: Les parcours de soins en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Les parcours de soin en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Sous la coordination de François SICOT

Éditions l’Harmattan, Collection Logiques Sociales
Parution: 5 septembre 2019
ISBN : 978-2-343-18177-6
Format : 13,5 x 21,5 cm, 314 pages
31.00€

Depuis le début des années 2000, un nouveau référentiel d’action publique a progressivement été promu dans les politiques publiques à destination des personnes vulnérables : le parcours. Quels sont, dans les faits aujourd’hui, les parcours des patients en psychiatrie ? Débute-t-on une prise en charge avec un médecin généraliste puis un psychiatre libéral avant de connaître une succession d’hospitalisations ? Comment arrive-t-on aux urgences et vers où en sort-on ? En menant l’enquête sur deux territoires, une équipe de sociologues met en lumière que les systèmes locaux de prise en charge dépendent à la fois de l’offre de soins (privée et publique) et des relations systémiques qui lient les acteurs du secteur psychiatrique aux intérêts parfois divergents.

En savoir plus: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63874

Les auteurs, sociologues de la santé au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) de l’Université Toulouse 2, mènent des recherches sur les expériences de santé, les dispositifs de soins et leurs ancrages sur les réalités territoriales.

Categories
écrits parution

Parution d’ouvage: Le travail des infirmiers en hôpital psychiatrique

Le travail des infirmiers en hôpital psychiatrique

De Frédéric MOUGEOT

Éditions Erès, Collection Clinique du travail
Parution : 12 septembre 2019
EAN : 9782749264530
14×20.5, 248 pages
23.00€

Cet ouvrage porte sur l’expérience de l’hôpital psychiatrique du point de vue de ses soignants, en particulier infirmiers. Leur travail en première ligne face aux patients, auprès desquels ils représentent l’institution, constitue un observatoire pertinent des transformations de l’hôpital gestionnaire.

À partir d’une enquête de terrain fournie de plus d’une année au sein de deux services de psychiatrie hospitalière, cet ouvrage ouvre les portes de l’hôpital psychiatrique public et suit le travail des équipes infirmières. Les scènes de la vie quotidienne ancrent le propos dans l’ordinaire des soins et des relations avec les patients atteints de troubles psychiques. Elles invitent le lecteur à réfléchir au renouveau de la violence de l’institution psychiatrique. Dans ce récit ethnographique, l’auteur décrit les tours de mains des soignants et met en lumière la manière dont ils peuvent poursuivre leur mission dans un contexte contraint en négociant des marges de manœuvre pour résister à la violence gestionnaire.

En savoir plus: https://www.editions-eres.com/ouvrage/4456/le-travail-des-infirmiers-en-hopital-psychiatrique

Docteur en sociologie et en anthropologie, Frédéric Mougeot est membre du centre Max Weber (UMR 5283). Spécialiste de la sociologie du travail dans les mondes de la santé, il investigue les coulisses de la santé humaine à travers des terrains aussi variés que la psychiatrie et la santé mentale, l’hôpital général, mais aussi le sport de haut niveau.

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage : »L’hôpital. Pour une nouvelle anthropologie des espaces cliniques »

Dossier coordonné par Fanny CHABROL et Janina KEHR
L’hôpital est devenu depuis une vingtaine d’années un terrain privilégié des chercheurs en anthropologie de la santé. Mais qu’est-ce qu’un hôpital ? Est-ce seulement une réalisation architecturale qui permet l’exercice de la médecine contemporaine ? Espace à la fois perméable et délimité, ordonné et ouvert, imprévisible et opaque, médical et non-médical, l’hôpital moderne est sujet à des changements technologiques et économiques rapides. Il contient aussi les traces de la médecine d’autrefois et évoque des souvenirs et des émotions pour celles et ceux qui y ont séjourné, travaillé ou soutenu des proches. Ce dossier aborde l’objet « hôpital » en reliant le lieu hospitalier aux pratiques – médicales, infirmières, bureaucratiques et comptables – exercées en son sein. Ensemble, les contributions incitent à étudier l’hôpital non seulement comme terrain ethnographique mais aussi comme lieu anthropologique, pour aborder la manière dont chaque hôpital existe dans sa singularité – pour les patients, les professionnels et les familles – et agence la médecine et le soin. A mesure que le regard ethnographique s’éloigne des seules problématiques propres à la médecine hospitalière, l’on réussit à appréhender les productions et les propriétés de l’hôpital en tant que tel.
  • Dossier thématique

    L’hôpital
    Sous la direction de Fanny Chabrol et Janina Kehr
  • Hors thème

    • Carine Baxerres, Ines Boko, Adjara Konkobo, Fatoumata Ouattara et Agnès Guillaume
      Situations affectives et pratiques populaires d’avortement
      Managing unwanted pregnancies in Benin and Burkina Faso: affective situations and popular abortion practices
    • Caroline Chautems
      Construction du corps maternel et enjeux identitaires autour des pratiques d’allaitement au sein
      When breastfeeding ‘makes’ the mother. Construction of the maternal body and identity issues around breastfeeding practices
    • Caroline Desprès
      Dissimuler ou mentir ? [Texte intégral]
      Production de sens et identité dans la maladie d’Alzheimer
      To hide or to lie? Creating meaning and identity in Alzheimer disease
    • Camille Lancelevée et Caroline Protais
      L’expérience de personnes déclarées irresponsables pour cause de trouble mental
      “I wasn’t really myself”. The experience of people acquitted by reason of insanity
Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude: « À quels soins se vouer? Santé mentale et dispositifs alternatifs », 7 juin 2018, Université de Lorraine

Nous vous informons de la tenue d’une journée d’étude le jeudi 7 juin 2018 intitulée « A quels soins se vouer ? Santé mentale et dispositifs alternatifs », amphi Déléage, Campus Lettres et Sciences Humaines, Nancy. Nous y réunirons, dans un dialogue pluridisciplinaire, anthropologues, cliniciens, praticiens réflexifs et membres de la société civile pour discuter de différentes formes de « pluralisme thérapeutique », c’est-à-dire de ces personnes qui traitent leurs problèmes de santé mentale en s’appuyant à la fois sur des dispositifs de soin conventionnels et sur des dispositifs alternatifs.

Cette nouvelle journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet ALTERMENTAL (Parcours de de soins des patients-usagers de santé mentale entre dispositifs conventionnels et alternatifs en Lorraine), soutenu par le CPER-Ariane. Elle est organisée par les laboratoires INTERPSY et 2L2S, avec les soutiens de l’Université de Lorraine, du GSRL-CNRS et de la Société française d’ethnopharmacologie.

Les actes de la précédente journée d’étude Sur le divan des guérisseurs : quelles places pour les dispositifs alternatifs en santé mentale (octobre 2016) viennent de paraître aux Editions des archives contemporaines, sous la direction de Déborah Kessler-Bilthauer (2L2S) et Renaud Evrard (Interpsy).

L’entrée est libre et gratuite.

Lien pour la pré-inscription : https://alternatifs.event.univ -lorraine..fr/registration/inde x

Page Facebook de l’événement : https://www.facebook.com/aquel ssoinssevouer/

Programme

8h15-8h45 : Accueil du public

8h45-9h : Ouverture – Remerciements (Evrard, Kessler-Bilthauer, Lombardi)

9h-9h40 : Conférence plénière : Une perspective culturelle comparative sur la gestion du deuil : éclairage sur le recours aux ‘psy’ dans les sociétés  occidentales contemporaines, par Marika Moisseeff (CNRS)

9h40-10h : PAUSE / Posters

10h-11h30 : Première session « Pratiques divinatoires et dispositifs de soin par la parole » Michael Houseman (EPHE – CNRS),  Thomas Rabeyron (Université de Lorraine), Alexis Tournier (Lyon)

11h30-11h45 : Présentation orale des posters par des étudiants de l’Université de Lorraine

11h45-13h15 : REPAS LIBRE

13h15-14h45 : Deuxième session « Représentations énergétiques et dispositifs de soin psycho-corporels », Fabrice Berna (Université Strasbourg – INSERM), Clémentine Raineau (Université Clermont-Auvergne), Emmanuel Thibault (CIRRC)

14h45-15h15 : PAUSE / Posters

15h15-16h45 : Troisième session « Regard des institutions sur les dispositifs alternatifs en santé mentale » Frédérique Dambre,(Université de Rouen), Sabine Rigon (ARS – Lorraine), Mélodie Peltier-Henry (Université de Lorraine)

16h45-17h45 : Table ronde avec des représentants de la société civile

17h45-18h : Conclusion (Evrard, Kessler-Bilthauer, Lombardi)

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’Étude « Prison et Hôpital : penser l’impensé ? », 10 mars 2018, Paris

Samedi 10 mars 2018, 9h00-18h30
Université Paris Diderot
Amphi Turing
10 rue Françoise Dolto
75013 Paris

Argumentaire

La pensée ne répond à l’impensé que si elle pense plus loin, disait Heidegger. Comment pourrait-on penser l’impensé de l’institution-prison aujourd’hui ? Quels outils épistémologiques, relevant de différentes disciplines, seraient susceptibles d’ouvrir des voies nouvelles à la recherche ? Comment la clinique en milieu carcéral pourrait-elle enrichir les savoirs sur la prison  comme institution, dispositif, voire institution de séquestration ? Aborder la clinique spécifique en prison suppose d’en interroger les approches diverses. Si la psychiatrie, depuis le XIXe siècle, a toujours été convoquée pour répondre à la question du crime, et de son lien à la folie, dans leurs jonctions-disjonctions, quelle place a-t-elle aujourd’hui dans le milieu carcéral ? Quel rôle distinct jouent alors l’ensemble des professionnels intervenant dans ce milieu ? Que révèle cet abord pluridisciplinaire de la clinique du rapport-non rapport reliant crime, folie et dispositif carcéral ? Si, en outre, le dispositif, pour reprendre Michel Foucault, consiste en « des stratégies de rapports de forces supportant des types de savoir, et supportés par eux », la clinique, interrogeant ce dispositif, peut-elle le déconstruire ou le subvertir ?
Cette rencontre est l’occasion d’engager une réflexion, un dialogue, des échanges de points de vue entre ces deux mondes apparemment disjoints et qui pourtant se placent, l’un et l’autre, à la croisée des champs de l’individuel et du social. La réflexion sur la clinique et le carcéral, lors de cette journée, visera alors, comme y enjoignait Michel Foucault dans son texte Enquête sur les prisons : brisons les barreaux du silence, à « transformer l’expérience individuelle en savoir collectif. C’est-à-dire en savoir politique ».

Programme complet disponible ici: Programme prison hopital

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire auprès de : Giorgia Tiscini : g.tiscini@gmail.com

Comité d’organisation :
Thamy Ayouch
Thierry Lamote
Laurie Laufer
Giorgia Tiscini

 

Categories
Conférence

Conférence-débat: « Quel rôle pour les usagers ? »

Jeudi 7 décembre 2017 à 9H30
à L’ESPE (ancien IUFM)
63 La Canebière 13001 Marseille

Au cours de ce rencontre du cycle:
« Santé mentale dans la cité, rencontres et débats 2017-2018 » (ci-joint le programme),
la place du patient de la psychiatrie en France sera discutée par ERWAN AUTES (
Doctorant en sociologie à l’ENS de Lyon)

« Les politiques de santé mentale valorisent désormais l’égalité entre acteurs de la psychiatrie et visent l’autonomie alors même que les inégalités sociales, notamment de santé, se renforcent, et que les attentes sécuritaires deviennent une évidence. Pour comprendre ces paradoxes, une socio-histoire de la place du patient de la psychiatrie en France et un travail de terrain montrent comment les normes et les valeurs héritées de l’aliénisme et de l’hygiénisme continuent de peser sur les acteurs, malgré les intentions et les discours de réforme du système et d’empowerment des patients »

 

L’entrée est libre et gratuite, les inscriptions se font par mail à : confsantementale.incitta@gmail.com

 

L’événement est organisé par l’association inCittà, dans le cadre  d’un partenariat entre: le Conseil d’Orientation en Santé Mentale de la ville de Marseille (COSM), l’Atelier Santé Ville (ASV) Marseille santé mentale, le GCSMS (Groupement de coopération sociale et médico-social en santé mentale et habitat), le Réseau Santé Mentale et Logement (RSML).

 

L’association inCittà organise depuis 2013 des temps de rencontre et de débat autour de questions de santé mentale telles qu’elles se posent aujourd’hui dans la société. En 2016 nous avons travaillé sur la notion même de santé mentale, sur ce qu’on entend par ce terme en France et ailleurs. Plusieurs aspects sont apparus concernant la définition de santé mentale. Santé mentale signifierait à la fois :

Le Développement d’une lecture particulière de la société où l’épanouissement individuel, et le « bonheur » deviendraient des critères d’une « bonne santé mentale ».

La sortie du modèle de la psychiatrie médicale pour aller vers la « promotion de la santé » (Elargissement du champ par l’inclusion des acteurs hétérogènes, psychiatrie « citoyenne »). Ce mouvement interroge les rapports psychiatrie-maladie et la notion même de maladie. Il s’agit de déconstruire le rapport de pouvoir entre le psychiatre et le patient, de donner du « pouvoir » à l’usager-citoyen (empowerment des usagers).

La prise en compte de la souffrance psychique d’origine sociale (Élargissement du champ par l’inclusion de formes de souffrances psychiques qui ne se situent pas forcement du côté pathologique, « infiltration » du langage « psy » dans le champ social.)

Même si ces trois définitions de la notion diffèrent, on remarque qu’elles tendent malgré tout, vers une lecture ou prise en charge individuelle de la maladie mentale ou des souffrances psychiques dites ‘d’origine sociale’.

Comment l’émergence de la catégorie d’usager interroge les liens entre la personne (citoyenneté) et le groupe qu’elle représente ? En quoi l’individualisation des politiques sociales par l’injonction à l’« autonomie » transforme les rapports individu-société ? Quels sont les effets de penser le « bonheur » individuel comme critère d’une santé mentale « positive » dans la société ? Quelle place dans de tels dispositifs pour le collectif et le communautaire ?
Vous trouverez ci-joint également  la synthèse des conférences  2016.

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque « Anticiper / prévoir / prédire en psychiatrie, enjeux éthiques » (2018, Marseille)

 

Colloque de la Commission Ethique et Psychiatrie

vendredi 26 janvier 2018
Amphithéâtre HA1
Hôpital Adultes de la Timone
264 rue Saint Pierre – 13005 Marseille

Anticiper, prévoir, prédire sont des thématiques qui parcourent l’histoire de l’humanité ; elles jalonnent la vie quotidienne, le champ des sciences, les pratiques de la médecine et de la psychiatrie. Dans un temps perpétuellement fuyant où le présent est chargé du passé comme du futur, que recouvrent ces concepts et quels en sont leurs différents usages sur le plan historique et dans la société contemporaine ?

Expliciter le cadre et le déroulement du soin a un effet rassurant, une perspective se dessine et aide à redonner une temporalité au regard du temps accéléré ou figé. Mais le projet de soin peut être aussi porteur de détermination, de prédiction, de prophétie. Faut-il empêcher l’imprévisible et l’incertain qui sont inhérents à l’action et aux choix auxquels le patient doit-être confronté ? Programmes, protocoles s’opposent parfois à la créativité et aux capacités d’initiative. Ainsi l’anticipation devrait proposer exploration plus que planification. Mais que penser de procédures innovantes – telles les directives anticipées qui permettent à un patient d’exprimer à l’avance ses volontés concernant sa prise en charge future – ou de nouveaux modèles d’envisager la santé et le soin (médecine prédictive) ? Quelles sont les relations entre art, improvisation et anticipation ?

Pourtant, face à l’éventuel danger à trop anticiper, à trop prévoir, et finalement, tendre à limiter le futur davantage qu’à le construire, il est légitime de prévoir et prévenir les évolutions préjudiciables. Les soignants sont dès lors confrontés à des dilemmes éthiques. Doit-on prédire une maladie si on ne connait pas de traitement curatif ni même de mesures de prévention à cette pathologie ? Dans la mesure où le diagnostic a une connotation pronostique, poser un diagnostic à l’adolescence n’engage-t- il pas quelque chose de l’avenir ? Comment agir face à l’extrême difficulté d’évaluation et de prédictivité du risque suicidaire ? Nous proposons d’interroger en quoi la prévision et l’anticipation participent d’une organisation pertinente de la prévention, du soin et de l’autonomisation du patient, ou, au contraire, d’une limitation de ses possibilités évolutives, et de celles de son entourage familial et soignant.

La vocation de cette journée est d’inviter à une réflexion multidisciplinaire visant à éclairer les enjeux éthiques de l’anticipation, de la prévision et de la prédiction dans l’orientation de nos choix thérapeutiques tant au niveau de la clinique singulière que des actions institutionnelles et sociétales.

 

Pour plus de détail sur le déroulement de la journée, consulter le programme: Prog-Colloque-PSY-26janv18

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

19èmes Journées nationales d’études ESPT – « Habitat et Santé mentale » (Marseille, 2017)

L’association « Elus, Santé Publique & Territoires » a le plaisir de vous inviter à ses 19èmes Journées nationales d’études ESPT – « Habitat et Santé mentale » les 12 et 13 décembre 2017 à Marseille, Bibliothèque municipale L’Alcazar.

Ces journées sont organisées en partenariat avec la ville de Marseille, le Conseil d’Orientation en Santé Mentale (COSM) de Marseille, le Centre Collaborateur de l’OMS (CCOMS) pour la recherche et la formation en santé mentale Lille et l’ORSPERE SAMDARRA (Observatoire Santé mentale, Vulnérabilités et Sociétés).

L’argumentaire de ces journées ainsi que le programme provisoire 19ème_JNE_Marseille_Habitat_et_santé_mentale,2017

L’inscription est gratuite et obligatoire.

Les 19èmes Journées nationales d’étude d’ESPT sont organisées avec le soutien financier du Ministère des Solidarités et de la Santé-Direction Générale de la Santé, du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET) et de Santé publique France.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez prendre contact avec l’association Elus, Santé Publique & Territoires à l’adresse mail suivante:espt.asso@orange.fr