Categories
écrits multimédia Non classé parution

Parution d’ouvrage: « L’ordinaire de la folie »

Dossier de Politique Africaine (2020, 1/157) sur l’ordinaire de la folie.
Sous la direction de Gina Aitmehdi et Romain Tiquet
244 p.
Éditeur : Editions Karthala

Histoire et anthropologie s’associent dans ce numéro qui appréhende la folie comme une « tragédie de l’ordinaire ». Le commun et le quotidien, au coeur des contributions, invitent à un renouvellement des approches en favorisant une perspective au « ras des hommes » et au « ras des sources ». À partir d’expériences singulières, les articles du dossier amènent également à réfléchir aux évolutions des logiques de gouvernement de la folie depuis les temps coloniaux jusqu’à l’époque contemporaine, en restant au plus près des individus. Ce faisant, ils donnent à voir des objets encore peu explorés dans les études sur la santé mentale en  Afrique.

Les articles du dossier sont disponibles au téléchargement

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature bourse

Bourse de Master 2 du Groupement d’Études et de Prévention du Suicide

Bourse d’année Recherche Master 2 Suicidologie – 2020-2021

Soutenir un projet de recherche de Master 2 ayant vocation à mieux comprendre et mieux prévenir les conduites suicidaires.

Domaines de recherche: clinique, thérapeutique, épidémiologie, sciences sociales, neurosciences.

Montant de la bourse: 20 000 euros
Lettre d’intention: 28 février 2020
Dossier: 15 mai 2020
Résultats: 30 juin 2020

Ouvert à toutes disciplines.
Engagements : Présentation au Congrès du GEPS, Publication faisant apparaitre le soutien du GEPS
Renseignements: bourse.geps@gmail.com

Télécharger l’appel à candidature: GEPS_Bourse_Flyer_v5_041219
Télécharger le formulaire de demande de bourse: GEPS_Bourse_Template LI_v1_09112019

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature Emploi

Appel à candidature contrat post-doctoral en sociologie: Analyse de partenariats entre pédopsychiatrie et Éducation Nationale

Proposition de contrat post-doctoral en sociologie
Analyse de partenariats entre pédopsychiatrie et Éducation Nationale

Responsables scientifiques : Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman et Livia Velpry

Ce contrat post-doctoral s’inscrit dans le cadre de la recherche PARPSYCHED (Mise en œuvre et évaluation de partenariats entre le secteur de psychiatrie infanto-juvénile et l’Education Nationale dans le cadre de la prévention des difficultés d’adaptation et d’apprentissage d’origine psychique non spécifiques), dirigée par Sandrine Bonneton (pédopsychiatre) et portée par le GCS (Groupement de Coopération Sanitaire pour la recherche et la formation en santé mentale – Centre Collaborateur Organisation Mondiale de la Santé (CCOMS)) et le CERMES3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société, Université Paris Descartes, INSERM, CNRS, EHESS).

La recherche PARPSYCHED est une recherche-interventionnelle dont l’objectif principal est d’améliorer la reconnaissance, l’accompagnement et la prise en charge des enfants de 4 à 8 ans, scolarisés de moyenne section au CE1, qui rencontrent des difficultés à l’école en lien avec des problèmes d’ordre psychique mal ou non repérés. La recherche vise à accompagner, analyser et évaluer la co-construction de partenariats locaux entre le secteur infanto-juvénile et un établissement scolaire pour mettre en oeuvre des interventions de repérage-réponse partagées à destination de ces enfants. Elle se déroulera sur 10 sites, en France métropolitaine (Hauts-de-France, Île-de-France et Normandie) et en Guadeloupe.

Ce projet inclut une recherche qualitative sociologique, qui sera menée en parallèle et de façon indépendante d’une démarche d’évaluation. L’évaluation portera sur des effets et changements produits par les partenariats, pour les bénéficiaires principaux (les enfants et leurs parents) et les différentes partenaires (professionnels des écoles, des secteurs de psychiatrie infanto-juvénile, les CLSM). Cette évaluation s’inscrira dans un souci de prouver que les interventions sont efficaces tout aussi bien que de comprendre comment, pour qui et dans quelles conditions elles parviennent à l’être. La recherche qualitative sociologique, pour sa part, mobilisera les outils des sciences humaines et sociales pour construire une réflexion à différentes échelles : au niveau macrosocial, la réflexion portera sur le contexte historique et social dans lequel évoluent les enfants qui seront accueillis dans la structure ; au niveau mésosocial, l’analyse portera sur le jeu des politiques publiques et des institutions qui encadrent l’expression et les conséquences des troubles ; au niveau microsocial enfin, seront étudiées conjointement les pratiques des soignants et des familles, ainsi que les interactions qui se tissent entre eux.

Cette recherche sociologique sera assurée par une équipe de sociologues, composée de trois enseignants-chercheurs et du/de la post-doctorant.e recruté.e dans le cadre de cet appel à candidatures. L’enquête consistera à suivre la co-construction, le développement et le fonctionnement quotidien de structures issues du partenariat soins-école développé dans le cadre de ce programme de recherche, ainsi que les interactions avec les professionnels de l’éducation, les enfants concernés et leurs familles, sous réserve d’un accord de l’ensemble de ces acteurs. Des observations et des entretiens semi-directifs seront donc menés dans les différents lieux et auprès des différents acteurs concernés.
Plus précisément, le/la post-doctorant.e sera chargé.e des tâches suivantes :

• Réalisation de deux études de cas approfondies et analyse des données recueillies
• Recueil d’informations sur les sites non étudiés de manière approfondie et développement d’une analyse comparative entre les différents sites
• Coordination de la recherche sociologique avec les autres volets du projet
• Valorisation de la recherche : participation à des colloques et journées d’études
• Participation aux publications de différents types émanant de la recherche : rapports scientifiques, publications pluridisciplinaires dans des revues de santé publiques, publications dans des revues de sciences sociales.
Cette recherche s’articule avec d’autres programmes de recherche portant sur les trajectoires sociales des enfants « non conformes » (https://nonconformes.org/), dans une perspective qui mêle sociologie de la famille, des pratiques professionnelles en santé mentale et de l’école.

DESCRIPTIF DU POSTE :
Recrutement prévu : 13 janvier 2020
Durée du contrat : 24 mois temps plein.
Rémunération : à déterminer selon les grilles salariales du CNRS (environ 2 400 € bruts par mois).
Structure de rattachement et environnement de travail : CERMES3, Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris.
Convention avec l’EPSM Lille-Métropole

PROFIL DU CANDIDAT :
– Doctorat en sociologie ou éventuellement en anthropologie ou en science politique
– Connaissance de la sociologie de la santé, de l’enfance, de la famille ou de l’école
– Expérience de la recherche ethnographique

DOSSIER DE CANDIDATURE :
Les candidatures doivent être envoyées au plus tard le 9 décembre 2019 à l’adresse mail suivante : jean-sebastien.eideliman@parisdescartes.fr.
Le dossier de candidature doit comporter :
– une lettre de motivation
– un CV
– un résumé de la thèse (1 à 2 pages)
– le rapport de soutenance
– deux publications récentes

Télécharger l’offre: Postdoc Analyse de partenariats entre pédopsychiatrie et Éducation Nationale

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: Les parcours de soins en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Les parcours de soin en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Sous la coordination de François SICOT

Éditions l’Harmattan, Collection Logiques Sociales
Parution: 5 septembre 2019
ISBN : 978-2-343-18177-6
Format : 13,5 x 21,5 cm, 314 pages
31.00€

Depuis le début des années 2000, un nouveau référentiel d’action publique a progressivement été promu dans les politiques publiques à destination des personnes vulnérables : le parcours. Quels sont, dans les faits aujourd’hui, les parcours des patients en psychiatrie ? Débute-t-on une prise en charge avec un médecin généraliste puis un psychiatre libéral avant de connaître une succession d’hospitalisations ? Comment arrive-t-on aux urgences et vers où en sort-on ? En menant l’enquête sur deux territoires, une équipe de sociologues met en lumière que les systèmes locaux de prise en charge dépendent à la fois de l’offre de soins (privée et publique) et des relations systémiques qui lient les acteurs du secteur psychiatrique aux intérêts parfois divergents.

En savoir plus: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63874

Les auteurs, sociologues de la santé au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) de l’Université Toulouse 2, mènent des recherches sur les expériences de santé, les dispositifs de soins et leurs ancrages sur les réalités territoriales.

Categories
écrits parution

Parution d’ouvage: Le travail des infirmiers en hôpital psychiatrique

Le travail des infirmiers en hôpital psychiatrique

De Frédéric MOUGEOT

Éditions Erès, Collection Clinique du travail
Parution : 12 septembre 2019
EAN : 9782749264530
14×20.5, 248 pages
23.00€

Cet ouvrage porte sur l’expérience de l’hôpital psychiatrique du point de vue de ses soignants, en particulier infirmiers. Leur travail en première ligne face aux patients, auprès desquels ils représentent l’institution, constitue un observatoire pertinent des transformations de l’hôpital gestionnaire.

À partir d’une enquête de terrain fournie de plus d’une année au sein de deux services de psychiatrie hospitalière, cet ouvrage ouvre les portes de l’hôpital psychiatrique public et suit le travail des équipes infirmières. Les scènes de la vie quotidienne ancrent le propos dans l’ordinaire des soins et des relations avec les patients atteints de troubles psychiques. Elles invitent le lecteur à réfléchir au renouveau de la violence de l’institution psychiatrique. Dans ce récit ethnographique, l’auteur décrit les tours de mains des soignants et met en lumière la manière dont ils peuvent poursuivre leur mission dans un contexte contraint en négociant des marges de manœuvre pour résister à la violence gestionnaire.

En savoir plus: https://www.editions-eres.com/ouvrage/4456/le-travail-des-infirmiers-en-hopital-psychiatrique

Docteur en sociologie et en anthropologie, Frédéric Mougeot est membre du centre Max Weber (UMR 5283). Spécialiste de la sociologie du travail dans les mondes de la santé, il investigue les coulisses de la santé humaine à travers des terrains aussi variés que la psychiatrie et la santé mentale, l’hôpital général, mais aussi le sport de haut niveau.

Categories
Appel à projets Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) Non classé

Appel à projets de recherche 2019 DREES – DARES :« Santé mentale, expériences du travail, du chômage et de la précarité »

La DREES et la DARES lancent un appel à projets de recherche portant sur la santé mentale et les conditions de travail des personnes occupant un emploi, le chômage et la précarité professionnelle.

Il a pour but d’encourager et de financer la réalisation de travaux scientifiques en sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux conséquences sur la santé mentale des transformations des conditions et de l’organisation du travail, des nouveaux modes de management, des nouvelles formes d’emploi, des emplois précaires et du chômage. Les dispositifs pour prévenir, rétablir ou réparer les atteintes à la santé mentale des actifs sont également au cœur de cet appel.

Quatre axes de recherche, dont un axe transversal, sont proposés :

–          Axe transversal : Réflexions épistémologiques, théoriques et méthodologiques sur la santé mentale chez les actifs

–          Axe 1 : Interactions entre santé mentale, organisation du travail et nouvelles formes d’emploi

–          Axe 2 : Les atteintes à la santé mentale chez les travailleurs précaires et les chômeurs

–          Axe 3 : Les dispositifs de prévention et les procédures de reconnaissance et de réparation

Le montant total de 400 000 € alloué par la DREES subventionnera quatre à cinq projets.

Le montant total de 200 000 € alloué par la DARES subventionnera deux à trois projets. En conséquence, chaque projet ne devra pas dépasser 100 000 euros.

Des dépassements de budget pourront, à titre exceptionnel, être accordés pour des projets intégrant des études de terrain approfondies.

Les projets sont attendus avant le 15 juillet 2019 à 12h.

Pour en savoir plus, téléchargez l’appel à projets de recherche, le dossier de réponse et l’annexe financière à l’adresse suivante : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/recherche/appels-a-projets-de-recherche/article/appel-a-projets-de-recherche-2019-sante-mentale-experiences-du-travail-du

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à communications, Colloque EXPAIRs « L’accompagnement par les pairs : enjeux contemporains Santé, Handicap, Santé mentale »

Appel à communication pour le colloque EXPAIRs
L’accompagnement par les pairs : enjeux contemporains
Santé, Handicap, Santé mentale

Organisé par l’UMR ESO (6590), le laboratoire VIPS2, l’Université Rennes 2 et la Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne
Rennes, 14 au 15 novembre 2019

Appel à communications disponible en PDF: AAC Colloque EXPAIRs 2019 – VF

Argumentaire et objectifs du colloque

Depuis les années 1990, le champ français de l’action publique est marqué par la diffusion de ce que L. BLONDIAUX a appelé « un impératif participatif » (BLONDIAUX, 2008). Dans de nombreux secteurs de politiques publiques sont apparus des « dispositifs institutionnels, officiellement mis en oeuvre par les autorités publiques, à toutes échelles, dans le but d’associer tout ou partie d’un public à un échange de la meilleure qualité possible, afin d’en faire des parties-prenantes du processus décisionnel dans un secteur déterminé d’action publique » (GOURGUES, 2013 : p. 13). Ces dispositifs, s’ils ont tous pour objectif d’atténuer la « double coupure délégative » qui sépare, d’une part, les représentants et représentés, et, d’autre part, les experts et les profanes (CALLON, LASCOUMES, BARTHE, 2001), varient profondément dans leurs modalités (Fung, 2006), qu’il s’agisse de la façon de définir ou de sélectionner le public appelé à participer (désignation de représentants, tirage au sort, auto-sélection, etc.), de la manière dont les débats et le processus de production d’un avis collectif sont organisés (délibération ou négociation ?), et enfin, comme a pu le souligner S. ARNSTEIN (1969), de l’impact plus ou moins fort de la participation sur la décision finale (simple consultation ou réelle délégation de pouvoir au citoyen ?). Divers dans leurs modalités, ces dispositifs participatifs le sont aussi quant à leurs objectifs : la mise en oeuvre de la participation peut constituer une réponse à des enjeux managériaux (améliorer l’efficacité et l’efficience du service public en favorisant l’écoute de l’usager-consommateur) mais aussi politiques (réenchanter un système représentatif abondamment critiqué) ou encore sociaux (renforcer le lien social).

Les politiques publiques des secteurs du sanitaire, du social et du médico-social ne font pas exception à la règle et se sont largement saisies de cette option participative depuis les années 2000. La loi du 2 janvier 2002 de rénovation de l’action sociale et médico-sociale a institué la participation des personnes à leur projet personnalisé, également au niveau des établissements et services avec la création des Conseils à la Vie Sociale ou de l’enquête de satisfaction. La loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé a établi un cadre réglementaire facilitant le développement du bénévolat au sein des établissements de santé, a impulsé la participation d’associations agréées de personnes malades et d’usagers du système de santé à différentes instances compétentes en matière de santé, a renforcé le rôle des représentants d’usagers dans les conseils d’administration des établissements publics de santé.

Depuis les années 2010, cette orientation participative a pris un nouveau tournant avec l’introduction des pairs dans un ensemble de politiques publiques. Le pair désigne un type d’acteur nouvellement reconnu et légitimé par la puissance publique au nom de ses savoirs expérientiels : expérience de la vie à la rue, expérience de la maladie chronique, expérience des addictions, expérience des situations de handicap, etc. Certains sont mobilisés pour des activités de représentation d’usagers, d’autres pour contribuer à des enseignements ou à la formation professionnelle, d’autres encore pour accompagner ou soutenir leurs pairs. Ce sont à ces derniers que ce colloque s’intéresse.

Concrètement, ces pairs accompagnant ou soutenant leurs pairs sont désignés selon une kyrielle d’intitulés. Parmi les plus connus : pair-aidant, pairémulateur, travailleur pair, médiateur santé pair. Ces pairs-accompagnant sont ainsi recrutés au sein des équipes pluri-professionnelles de la politique publique Un Chez Soi d’Abord s’adressant aux personnes sans-abris. D’autres sont sollicités pour participer à la Réponse Accompagnée Pour Tous concernant les personnes en situation de handicap, vivant avec une maladie chronique ou un trouble de la santé mentale et leur famille. D’autres encore sont attendus pour rompre la solitude et co-construire des relations solidaires et réciproques au sein des Groupes d’Entraide Mutuelle. Certains sont inscrits dans des dispositifs de santé voire de santé publique pour participer à des programmes d’éducation thérapeutique ou de prévention de la santé, etc.

Suite à cet intérêt manifeste des politiques publiques contemporaines pour les pairs, les pratiques de l’accompagnement et du soutien par les pairs, leurs contextes et les statuts se démultiplient. Caractéristiques fondamentales des relations entre pairs, la symétrie et la réciprocité sont parfois même perdues de vue. Ce n’est pas sans interroger les enjeux sous-tendant cette participation.

Est-ce le développement de la fonction de pair-accompagnant ou bien le déploiement de politiques publiques qui est privilégié (GARDIEN, LAVAL, 2018) ? Est-ce une volonté de démocratisation de secteurs d’activité ciblés et d’amélioration des politiques publiques, ou, à l’inverse, est-ce l’ambition d’amener les pairs à cautionner par leur participation les politiques publiques ? S’agit-il de reconnaissance des savoirs expérientiels des pairs et de leur possible contribution à notre société ? Ou encore s’agit-il d’une nouvelle forme d’activation des citoyens ? La finalité de cette participation des pairs est-elle un élargissement des possibilités de soutien et d’accompagnement ? Est-ce un appel à des profanes permettant de limiter les dépenses publiques ? La participation des pairs a-t-elle pour objectif de rendre plus compliantes les populations ciblées par les politiques publiques ? Ou est-ce de normalisation et d’inclusion des pairs-accompagnants par une formation et une professionnalisation ad hoc dont il est question?

Il s’agira de ne pas faire de faux procès aux pairs-accompagnants en lien avec le contexte sociopolitique contemporain. Pourquoi ?
Tout d’abord car l’organisation et la mise en oeuvre de relations d’accompagnement (ou de soutien) par les pairs sont bien antérieures à cette manifestation d’intérêt par les politiques publiques (GARDIEN, 2017). De nombreux collectifs et individualités se sont engagés dans des relations d’accompagnement et de soutien de leurs pairs, de leur propre initiative, et ce sans lien particulier avec les dispositifs des politiques publiques. Les Alcooliques Anonymes en sont un bon exemple, certains clubs handisport, diverses associations de patients, quelques collectifs autogérés également.

Deuxièmement car « prendre part à » n’équivaut pas « à faire partie de » (ZASK, 2011). Autrement dit, il nous faut distinguer plusieurs postures possibles du pair : participer de sa propre initiative à une action collective faisant sens pour soi (Sen, 2010) ; endosser un rôle social dans le cadre d’un dispositif de politique publique conçu et organisé par d’autres ; accepter ou subir une forme d’injonction à la participation ; viser l’émancipation individuelle et collective de soi-même et de ses pairs, et par suite la transformation de l’ordre social (modèle radical selon BACQUE, BIEWENER, 2013).

Troisièmement car des effets de contextes viennent indéniablement modifier les effets des actions individuelles et/ou collectives portées par les pairs. Ceux-ci peuvent participer dans le cadre d’une action publique où de multiples soutiens et éléments facilitateurs sont apportés et organisés par l’État et d’autres parties prenantes dans la perspective de davantage de justice sociale : dispositifs visant à compenser une inégalité des chances, à aplanir des difficultés à accéder à certaines ressources rares, à réduire le manque d’effectivité de certains droits, etc. (modèle libéral). Les pairs peuvent également participer dans un environnement où chacun doit être l’« entrepreneur de sa propre existence », où la participation relève de l’injonction individuelle et de politiques publiques d’activation (modèle néolibéral) (BACQUE, BIEWENER, 2013). L’autogestion est encore un autre rapport à l’environnement politique et institutionnel.

Ce colloque entend interroger les enjeux sous-tendant ces multiples formes pratiques de la participation des pairs dans les secteurs de la santé, du social, du médico-social ou encore en autogestion au-delà de leurs frontières. Il se donne pour objectif à la fois de les discerner, de les définir et les qualifier, de clarifier leurs conséquences pratiques. Il s’intéresse également à des études de cas situés à l’international.

Axes de travail

Les communications et les échanges durant ce colloque seront déclinés en prenant en compte un ou plusieurs des axes de travail suivants :
1. Les acteurs et leurs interactions : pairs accompagnant et/ou accompagnés, professionnels des secteurs d’activité concernés, proches, institutionnels et politiques ;
2. Les environnements : facilitateurs et/ou obstacles, ressources ou pénurie, au niveau des politiques publiques, de l’action publique, organisationnel, des partenariats et collaborations, etc. ;
3. Les finalités et les effets en pratique de la participation des pairs ;
4. La reconnaissance : de la spécificité de la relation de pairs, des pratiques de soutien et d’accompagnement, des aspirations, des capacités, incapacités et compétences, des identités ; les conséquences concrètes et symboliques de cette reconnaissance (formation, statut, rémunération, considération, etc.).

Une liste de thématiques pressenties, intéressant le programme EXPAIRs est ici proposée :

– L’accompagnement par les pairs à l’égard des aides techniques : savoirs, pratiques et enjeux.
-Les effets des usages des technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’activités d’accompagnement ou de soutien par les pairs.
– Autodétermination et/ou compliance au coeur des pratiques de pair-accompagnement.
– L’accompagnement et le soutien par les pairs : de nouvelles expériences et de nouvelles constructions des frontières délimitant l’intimé, le privé, le collectif, le public, le personnel et le professionnel ?
– La professionnalisation et la formation des pairs-accompagnants.
-Bénévolat, salariat, consulting, intérim, pratique informelle : quel statut pour quelles pratiques du pair-accompagnement ?
-La formation des professionnels, des pairs et de leurs proches au pair-accompagnement.
– Le pair-accompagnement entre proches (parents, fratrie, conjoint, amis, etc.) de personnes malades ou en situation de handicap.
– Formes, pratiques et enjeux de l’accompagnement par les pairs dans le champ des activités physiques adaptées et de la santé.
– Les pairs-accompagnants dans les politiques publiques : reconnaissance, enrôlement, activation ou libre-choix ?
– Les pairs sont-ils le reflet des inégalités de participation ? Qui sont les pairs engagés ? Qui participe ?
– L’appartenance de genre et ses effets sur l’accompagnement par les pairs
– L’évaluation des effets des pratiques d’accompagnement et de soutien par les pairs.
-Le pair-accompagnement : quels enjeux pour les professionnels des secteurs d’activité concernés ?
– Les innovations sociales développées dans le cadre du pair-accompagnement : organisations, pratiques, ressources.

Cette liste de thématiques n’est pas exhaustive. D’autres propositions seront étudiées avec intérêt par le comité scientifique du colloque.

Consignes pour l’envoi des propositions de communication

Les propositions de communication devront comporter : un titre, un résumé (maximum 3 000 signes) et une éventuelle proposition de rattachement à l’une des thématiques d’atelier pressenties. Le résumé doit inclure une description détaillée de votre présentation (sujet abordé, type de données utilisées, analyse, résultats et principales références bibliographiques).
Les présentations vidéo ne sont acceptées que dans des cas exceptionnels.

Les propositions de communication seront à soumettre sur le site dédié au colloque : https://www.expairsenjeux.sciencesconf.org/
au plus tard le 30 mai 2019.

Calendrier
30 mai 2019 : date limite de soumission des communications en ligne
Mi-juillet 2019 : envoi des notifications aux participants
Septembre 2019 : diffusion du programme complet du colloque
14-15 novembre 2019 : colloque EXPAIRs

Date, lieu, modalités d’inscription
Le colloque EXPAIRs se déroulera les 14 et 15 novembre 2019 à Rennes.
Les inscriptions seront ouvertes courant avril. Elles se feront en ligne à l’adresse suivante : https://www.expairsenjeux.sciencesconf.org/

Comité d’organisation
Gildas BREGAIN (Historien, chargé de recherche CNRS, EHESP), Julien CAZAL (STAPS, Maître de conférences, Université Rennes 2), Aurélie DAMAMME (Sociologue, Maître de conférences, Université Paris 8), Eve GARDIEN (Sociologue, Maître de conférences, Université Rennes 2), Paul-Fabien GROUD, (Anthropologue, doctorant, Université de Lyon, CNRS), Stéphane HEAS (STAPS, Maître de conférences HDR, Université Rennes 2), Pascal JARNO (Médecin de santé publique, chercheur associé, ESO-Rennes), Christine LAMBERTS (Géographe, Ingénieure d’études CNRS, ESO-Nantes), Eric LE GRAND (professeur affilié à l’EHESP, membre de la Chaire Santé Jeunesse), Delphine MOREAU (Sociologue, enseignante-chercheure, EHESP), Christian LAVAL (Sociologue, chercheur associé, ESO-Rennes), Marie SCHNITZLER (Sociologue, université de Liège, Belgique)

Comité scientifique international
Chyrell BELLAMY, Psychiatre, Ph.D. Associate Professor of Yale School of Medicine’s Department of Psychiatry, Yale university, USA; Gildas BREGAIN, Historien, chargé de recherche CNRS, EHESP ; Baptiste BROSSARD, Sociologue, Maitre de conférences, Australian National University, Australie ; Julien CAZAL, STAPS, Maitre de Conférences, université Rennes 2 ; Nicolas CHAMBON, Sociologue, directeur scientifique de l’observatoire national ORSPERE Samdarra ; Aurélie DAMAMME, Sociologue, Maitre de conférences, université Paris 8 ; Larry DAVIDSON, Psychiatre, Ph. D. Professor of Psychiatry and Director of the Program for Recovery and Community Health, School of Medicine, Yale University, USA ; Lise DEMAILLY, Sociologue, Professeur émérite, université de Lille ; Robert DINGWALL, Sociologue, Professeur émérite, Nottingham Trent University, Royaume-Uni ; Eve GARDIEN, Sociologue, Maitre de conférences, université Rennes 2 ; Nadia GARNOUSSI, Sociologue, Maitre de Conférences, université de Lille ; Paul-Fabien GROUD, Anthropologue, doctorant, Université de Lyon – CNRS ; Stéphane HEAS, STAPS, Maitre de Conférences HDR, université Rennes 2 ; Pascal JARNO, Médecin de santé publique, chercheur associé, ESO-Rennes (UMR 6590) ; Alexandre KLEIN, Historien, Université Laval, Canada ; Christian LAVAL, Sociologue, chercheur associé, ESO-Rennes (UMR 6590) ; Delphine MOREAU, Sociologue, enseignant-chercheur, EHESP ; Marie SCHNITZLER, Sociologue, université de Liège, Belgique ; Catherine TOURETTE-TURGIS, Sciences de l’éducation, Chercheure à la chaire des Humanités et Santé, CNAM ; Katrin SOLHDJU, Philosophe, chercheur qualifié du FNRS et professeur à l’ESHS de l’Université de Mons, Belgique

Categories
Colloque

COLLOQUE SISM 2019 Arpsydemio: le traumatisme psychique

Mardi 19 Mars
08h30-17h30
Bibiolthèque Alcazar
58, Cours Belsunce
Salle de conference
Inscription obligatoire

C’est à partir des états gravement traumatiques des soldats, durant la guerre de 1914-1918, causés par la violence inouïe des vécus (blessures, explosions de guerre, mort d’un camarade soldat) que la psychiatrie commence à s’intéresser à ce syndrome.

Aux Etats-Unis, de nombreux vétérans de la guerre du Vietnam, à leur retour  (1960-1975) souffrent de traumatismes psychiques ; cela provoque une accélération des recherches sur cette pathologie.

Fait essentiel, la victime est ou se sent incapable de réagir, éprouve un fort sentiment d’impuissance, parfois même de culpabilité.

La personne atteinte de stress post-traumatique souffre de “flashbacks” l’amenant à revivre de façon répétée la situation stressante sous forme de cauchemars ou de souvenirs obsédants.

Cette réitération s’accompagne d’un certain nombre de symptômes parmi lesquels une grande anxiété – la personne est sur le “qui-vive” – ce qui peut conduire à des idées et des actes suicidaires, une grande fatigue psychique, un comportement de détachement et d’insensibilité par rapport aux autres, une anhédonie majeure, et des comportements d’évitement de toute situation susceptible de rappeler le traumatisme.

La gamme des événements traumatogènes est large et concerne tous les âges.

Le psychotrauma de l’enfant est fréquent, peut être grave et donner lieu à des séquelles maintenant mieux identifiées par les cliniciens et confirmées par des études récentes.

Le délai entre l’exposition à la situation traumatique et la survenue du psycho trauma est très variable selon les personnes, pouvant aller de quelques semaines à quelques mois.

Le trouble peut dans certains cas, se transformer en maladie chronique avec une modification durable et profonde de la personnalité.

Ce type d’évolution n’est pas rare. Les personnes peuvent s’enfermer dans le silence, désespérer de leur état, souvent mal vécu par leur entourage.

La gravité du syndrome n’est pas toujours liée au traumatisme subi, l’histoire, la personnalité, le vécu du sujet comptent tout autant.

Les neurosciences s’intéressent beaucoup à ces phénomènes. Chacun peut réagir à un évènement traumatique à sa manière, sur différents plans,  biologique, affectif, neurologique, ou psychique.

Lorsque les réponses sont inadaptées, générant des décompensations pathologiques, le syndrome s’installe.

Ainsi l’état de stress post-traumatique ne serait pas seulement un souvenir envahissant et récurrent de la situation traumatisante, mais aussi un déficit de mémoire empêchant la personne atteinte, de réduire sa réaction de peur, confrontée à un contexte prédictif de la menace.

Comme nous l’avons dit, l’évolution de la maladie varie selon les individus mais aussi selon la rapidité et la qualité de la prise en charge.

Un dispositif d’urgence sanitaire bien défini (C.U.M.P.) d’aide médico-psychologique précoce des blessés psychiques (ou « impliqués ») dans les situations d’urgence collective (ou individuelle) a été mis en place sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé à partir de 1997.

Les CMP multiplient les prises en charge de personnes atteintes de PTSD, victimes de parcours migratoires violents, d’événements terrifiants, de drames. Les personnes fuient la guerre, les persécutions, les viols, et arrivent sidérées ou en larmes, dans la difficile évocation de la violence de leur vécu.

Cette journée de colloque propose de réfléchir à la question du traumatisme, dans ses aspects neuroscientifiques, psychiques, politiques et sociaux.

Nous vous attendons, nombreux, usagers, familles, professionnels ou citoyens pour échanger tous ensemble sur ce thème, malheureusement, très actuel dans notre société.

Programme

8h30  Accueil café des participants

9h Ouverture du colloque


Dr Dolores TORRES, présidente d’Arpsydemio, chef de service secteur 12
Dr Patrick PADOVANI, adjoint au maire de Marseille chargé de l’hygiène,  de la santé et du handicap  
Dr Françoise GAUNET ESCARARS, pédiatre

Matin : le trouble de stress post-traumatique en psychiatrie générale

09h30-10h30 Présentation du stress post-traumatique et de la cellule d’urgence médico psychologique (C.U.M.P.) et présentation de l’AVAD
Dr Flavie DERYNCK, praticien hospitalier CHU La Conception, coordinatrice des C.U.M.P. de la région PACA
– Présentation de la problématique du stress post-traumatique, outils et dispositif de soins (quels soins, en quels lieux)
– Le travail au sein de la C.U.M.P. avec la présence de volontaires de l’hôpital et du SAMU en cas de catastrophe
– Dispositif sur le terrain dans des conditions exceptionnelles notamment sur demande du préfet parfois

10h30-11H M. Marcel BOVIS, coordinateur et chef de service A.V.A.D.
Présentation de l’association d’aide aux victimes d’actes de délinquance (AVAD)

11h00-11h20   Pause

11h20-11h40 Dr Frédéric PAUL, psychiatre, chef de service (H.I.A. Lavéran) avec M. Olivier DE VERGNETTE,infirmier
« En revenir, éclairages d’un soignant militaire blessé au combat », le stress post-traumatique dans le contexte militaire
 
11h40- 12h10 Mme Mélanie MAURIN, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie formée en thérapie de groupe et thérapies brèves. Institution « Osiris »
« Le traitement du psycho-trauma par des techniques de thérapie brève »
 
12h10-12h45 Échanges avec la salle
 
12h45 Déjeuner libre

Après-midi : le trouble de stress post-traumatique en pédo-psychiatrie

14h15-14h30 Introduction des interventions de l’après-midi et discutant
Pr David DA FONSECA, psychiatre chef de service, praticien hospitalier hôpital Salvator, enseignant chercheur
 
14h30-15h Pr François POINSO, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille
« Les spécificités du P.T.S.D. chez l’enfant »
 
15h-15h30 Dr Michèle BATTISTA, praticien hospitalier au SUPEA du Pr ASKENAZY (hôpitauxpédiatriques de Nice CHU Lenval) : centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme, vice-présidente de la CME des hôpitaux pédiatriques universitaire de Nice depuis 2017
« Comment prendre en charge les enfants jeunes infra-verbaux psycho traumatisés? De nouvelles propositions de prises en charges à travers la mise en place d’un centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme »
 
15h30-15h45 Vidéo projection d’une consultation
 
15h45-16h Discussion
 
16h00-16h30 Dr Frédérique GIGNOUX-FROMENT, (H.I.A. Lavéran)
« Un retour pas comme les autres : à propos d’une consultation au profit d’enfants de militaires traumatisés en opération »
 
16h30-17h Échanges avec la salle 

Tarifs

Tarif formation continue : 70 €
Tarif individuel : 40 €
Tarif réduit (usager, famille d’usager, étudiant, adhérent, RSA, autres…) : 10€

Lien vers le site de l’annonce

Categories
écrits Non classé parution

Parution d’ouvrage: Santé mentale et souffrance psychique. Un objet pour les sciences sociales

 

CNRS Editions
25/10/2018
Format : 15.0 x 23.0 cm
Nombre de pages : 416
ISBN : 978-2-271-08946-5
Prix : 25 €

 

Sous la direction de Isabelle COUTANT et Simeng WANG

 

Selon l’OMS, les troubles psychiques concerneraient une personne sur quatre dans le monde. En France, ces troubles occasionnent chaque année plus de 10.000 suicides et près de 200.000 tentatives. Parallèlement, la vente d’antidépresseurs a été multipliée par sept entre 1980 et 2000. Ces pathologies ne peuvent se résumer à une affaire de connexions intra-cérébrales car les peines, les souffrances, les inhibitions, les déceptions, les angoisses, les peurs sont aussi liées aux environnements social et culturel.
Aborder le psychisme du point de vue des sciences sociales permet de mieux comprendre, analyser et prendre en charge la santé mentale. Émile Durkheim sur le suicide et plus tard Michel Foucault sur la folie ont ouvert la voie. Cet ouvrage souhaite la poursuivre en étudiant également les interactions entre systèmes de soins et politiques publiques, en repensant le rôle et la fonction de la psychiatrie, en enquêtant au plus près des individus et des groupes qui font l’objet des interventions «psy», mais aussi au plus près des soignants. La santé mentale est en effet devenue le nouveau langage des luttes sociales. C’est pour répondre à cette exigence de notre monde contemporain que cet ouvrage à vocation pédagogique a été conçu.

Journée de présentation de l’ouvrage : 12 décembre (9h30-17h30), Université Paris Descartes (salle R 229).

 

Isabelle Coutant est sociologue au CNRS (Iris). Elle est spécialisée en ethnographie urbaine et s’est régulièrement intéressée à la question de la souffrance psychique d’un point de vue sociologique. Elle a récemment publié Troubles en psychiatrie, 2012, et Les migrants en bas de chez soi, 2018.

Simeng Wang est sociologue, chargée de recherche au CNRS(Cermes3). Ses travaux se situent entre autres au croisement des migrations internationales et de la santé dans un monde globalisé. Elle est notamment l’auteure d’Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris, 2017.

Avec participations de (par ordre de parution dans l’ouvrage) : Brigitte Chamak, Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman, Isabelle Coutant, Simeng Wang, Didier Fassin, Philippe Le Moigne, Michel Gollac.

 

Sommaire

Categories
Colloque Non classé

Colloque Espoir 54: Adolescents, jeunes adultes et santé mentale.

 

Maison régionale des sports de Lorraine
Mercedi 10 octobre
09h00-17h00

 

« Les jeunes, dits en situation complexe, interrogent aujourd’hui prioritairement les différents acteurs des réseaux, que ce soient l’aide sociale à l’enfance, la PJJ, la psychiatrie, la MDPH, comme les différentes structures de soin, du médico-social et du social. Les modes d’accueil traditionnels proposés par les différents établissements sont régulièrement mis en échec dans la prise en soin de ces personnes « à la limite des institutions » (J-Y BARREYRE, 1997), dont les caractéristiques et les besoins spécifiques relèvent en général de plusieurs modes de prises en charge (sanitaire, sociale, médico-sociale, judiciaire) et qui ont mis le plus souvent à l’épreuve des équipes professionnelles successives dont le cadre de travail ne convenait pas à leur problématique. Les prises en charge classiques sont donc confrontées d’abord à la question du manque : le manque de repérage, le manque institutionnel et le manque de coordination des professionnels. Les personnes sont ancrées dans la répétition de situations de passage à l’acte et de rejet, qui réitère le vécu d’impuissance de la part des différentes équipes. C’est donc bien du côté du décloisonnement que pourront se penser les innovations, qui permettront tout à la fois de prendre en compte les désirs du sujet comme les ressources disponibles de l’environnement ».
Ces quelques propos tirés d’une étude de Carolane Adriant et inspirés par Jean-Yves Barreyre reflètent avec justesse nos préoccupations communes.

Programme du colloque

Bulletin d’inscription