Categories
Appel à projets

AAP de la Fondation de France « Sida, santé et développement : genre et VIH »

 

Le 27 janvier dernier, la Fondation de France a lancé, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida, santé et développement – Genre et VIH ».

Pour rappel, la Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée.

Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Cet appel à projet prend d’autant plus son sens dans un contexte comme celui que nous connaissons aujourd’hui.

Nous vous invitons donc à candidater dès maintenant afin d’assurer la continuité de vos actions de lutte contre le Sida. Vous trouverez toutes les informations sur cet appel à projet ainsi que la lettre d’intention à télécharger sur le site de la Fondation de France : www.fondationdefrance.org

N’oubliez pas de transmettre votre dossier avant le 13 mai 2020, 17h00, pour qu’il soit pris en compte.

Si vous rencontrez des difficultés pour finaliser votre dossier, vous pouvez contacter l’équipe du programme Santé à l’adresse sida@fdf.org.

Categories
Appel à projets Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Fondation de France – Appel a projets 2020 sur « Sida, santé et développement – Genre et VIH »

Fondation de France – Appel a projets 2020

Sida, santé et développement – Genre et VIH

Date limite de réception des dossiers de candidature:  13 mai 2020  à 17H00 (heure de Paris, France)

La Fondation de France lance en 2020, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida santé et développement – Genre et VIH« .

La Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée. Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Pour plus d’informations, nous vous proposons de consulter la plaquette de présentation de l’appel à projets.

 Pour télécharger l’appel à projets ainsi que la lettre d’intention: www.fondationdefrance.org

N’hésitez pas à contacter notre programme pour tout renseignement complémentaire au 01 44 21 31 90 ou par mail : sida@fdf.org

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb – « Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb
« Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Sous la direction de
Christophe BROQUA (IMAF, Aubervilliers)
Monia LACHHEB (IRMC, Tunis)
Sandrine MUSSO (Aix-Marseille Université / CNE)

La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.

Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a, 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnel/les du sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.

Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales. Des contributions non académiques sont possibles aussi, dès lors qu’elles procurent un gain de connaissances. Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH/sida
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. À l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et de sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension du genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagements et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés » ?

Conditions de soumission / Calendrier

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.
Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne (en cliquant sur le lien).
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 31 décembre 2019.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : juin 2020.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : janvier 2021.
Édition du volume : juin 2021.

Télécharger l’appel à contributions: Appel à contribution L’Année du Maghreb-24 2021-I

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude: Les représentations publiques du sida.

Sixième et dernière séance du cycle «Collecter, conserver et exposer l’histoire sociale du VIH-sida».

Vendredi 24 mai
De 9h30 à 17h15
Salle Meltem de l’I2MP (entrée Vieux Port du Mucem)
Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

La journée s’articulera autour de quatre moments : « Témoigner », « Informer », «Expérimenter » et « Exposer ». Il s’agit d’explorer différents modes de prises de paroles, qu’elles soient sociales ou artistiques, qu’elles émanent de personnes séropositives (témoignage) ou de relais médiatiques (émission TV, reportage photographique).

L’épidémie a affecté ces modes de communication et d’expression, en produisant de nouvelles formes de relation au corps, à l’écoute, à la prévention ou à l’image.

Déroulement de la journée

9h—9h30: Accueil du public, café

9h30—11h Table ronde « Témoigner », introduite et modérée par Gustave Dah, Corevih Ile-de-France Centre.

—Alain-Pierre Ricard, militant associatif, bénévole hospitalier  
—Emmanuelle Barbaras, photographe 
—Tom Craig, photographe et militant associatif 
—Régis Samba-Kounzi, Photographe, ancien militant associatif à Act Up-Paris

11h-11h15 : Pause

11h15 – 12h45 Table ronde « Informer », introduite et modérée par Louise Bartlett, rédactrice en chef du Journal du sida

—Claudine Vallauri, documentaliste au CRIPS Ile-de-France
—Alain Miguet, rédacteur en chef, Sida Info Service 

12h45 – 13h : Questions

13h – 14h : Pause déjeuner 

14h – 15h30 Table ronde « Expérimenter », introduite et modérée par Paul-Emmanuel Odin, directeur de La Compagnie

—Yann Beauvais, cinéaste et critique de cinéma 
—Gérard Mayen, journaliste, critique de danse et auteur 
—Alessandro Badin, Universités de Vérone et de Saint-Étienne

15h30—15h45 : Questions

15h45—16h : Pause 

16h—17h Table ronde « Exposer », introduite et modérée par Renaud Chantraine, IIAC/Mucem

—Elisabeth Lebovici, historienne de l’art, journaliste et critique d’art 
—Thibault Boulvain, historien d’art, commissaire d’exposition 

17h—17h30 : Discussions et clôture 

Séminaire organisé en partenariat avec le LabexMed.
Dans le cadre du festival « Jeu de l’Oie » organisé par AMU. 

Site: http://www.mucem.org/programme/les-representations-publiques-du-sida

Categories
appels à candidature

Appel à projets 2019 : Sida, santé et développement Genre et VIH

Date limite de réception des dossiers de candidature:
17 avril 2019 à 17H00 (heure de Paris, France)

La Fondation de France lance en 2019, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida santé et développement – Genre et VIH ».

La Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes et médico-sociales sensibles à la thématique proposée. Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

La plaquette de l’appel est disponible on-line, d’autres informations sont disponibles sur le site de la Fondation de France, d’où il est possible de télécharger cet appel à projets ainsi que la lettre de candidature.

Pour tout renseignement complémentaire au
01 44 21 31 90 ou par mail : Sida@fdf.org.
Contacter Karine POUCHAIN-GREPINET : responsable du Programme « Sida, santé et développement ».
 

Categories
multimédia parution

Parution d’ouvrage: « Recrutement-engagement dans des essais cliniques en prévention Contextes, logiques sociales et médiations »

 Sous la direction de Caroline Ollivier-Yaniv et Mathilde Couderc

ANRS – Collection Sciences sociales et sida
Copyright Anrs – Paris – mars 2018
ISBN : 978-2-910143-29-9
ISSN : 1262-4837
140 p.

Cet ouvrage collectif met à l’épreuve des sciences humaines et sociales un moment décisif des recherches relatives au VIH-sida : celui où des individus en bonne santé, séronégatifs, acceptent de participer à un essai clinique en prévention. Le contexte du recrutement pour de tels essais est sujet à transformation depuis quelques décennies : la normalisation de l’épidémie – qui fait suite à son exceptionnalisme -, le déplacement des mobilisations sociales communautaires sur d’autres causes, les transformations de la maladie d’un point de vue thérapeutique (médicalisation des traitements et d’une partie de la prévention), l’absence de rémunération pour la participation aux essais, l’absence de bénéfices directs sur la santé des participants, mais encore les craintes des personnes, ou de leur entourage, à  l’idée de transformer un corps sain en un corps expérimentalisé. Les recherches sur la prévention du VIH apparaissent donc dépendantes de l’assentiment d’acteurs sociaux qui constituent en quelque sorte une ressource rare, leurs motifs de participation à une telle expérience, au sens d’une mise à l’épreuve personnelle au moins autant que scientifique, étant a priori restreints.

Qu’est-ce qui rend possibles les recrutements d’individus sains pour des essais en prévention du VIH? Quelles sont les logiques sociales et les médiations qui participent à la fabrication de l’entente entre un acteur social et un investigateur ? Telles sont les questions auxquelles répondent les auteurs réunis dans cet ouvrage, dans une perspective pluridisciplinaire et diachronique

L’ouvrage est disponible gratuitement en version numérique (PDF)

Categories
Journée d'étude

Traces et mises en récit de l’épidémie du VIH-sida.

Journée d’études
dans le cadre du séminaire « Collecter, conserver et exposer la lutte contre le VIH-sida »
organisé en partenariat avec le LabexMed avec le soutien de Sidaction


Vendredi 11 mai,
de 9h à 17h30
MUCEM
7 Prom. Robert Laffont, 13002 Marseille

Cette 3ème journée d’étude a trait à la question des mises en récit de l’histoire du sida et de la pluralité des formes d’engagement dans la confrontation au virus et à l’épidémie. Penser une exposition conduit à envisager de quelle manière le musée prendra acte, rendra compte ou articulera les mises en récit des personnes affectées à différents titres par l’épidémie. Là comme ailleurs, les politiques de la représentation, les questions posées autour de qui s’exprime, et depuis où, gagneront à être documentées, discutées et réfléchies à partir de la parole des acteurs et actrices des luttes contre le sida. L’histoire de l’épidémie est aussi celle de la constitution d’un espace social pluriel et inédit où se sont rencontrés notamment chercheur.es de diverses disciplines (virologie, immunologie, épidémiologie, sciences sociales), soignant.es, acteur.ices associatifs et des politiques publiques, patient.es-expert.es.

Cette journée invite à considérer ce que le sida a fait à chacun de ces domaines et les enjeux soulevés par cette mise en récit muséale. Il est demandé à chaque intervenant.e d’amener un objet susceptible de cristalliser tout ou partie de sa trajectoire professionnelle et/ou personnelle, dans l’objectif d’identifier des traces matérielles, présentes ou absentes des collections patrimoniales.

Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

Programme

9h-9h30
Accueil du public

9h30 – 11h
Table ronde « engagements associatifs »
Avec Christophe Martet (journaliste, ancien président d’Act Up-Paris)
Fabrice Olivet (directeur d’ASUD – Autosupport des usagers de drogues)
Kouka Garcia (association Pari-T, auto-support pour les personnes Transgenres vivant avec le VIH – VHC)
Bernadette Rwegera (directrice d’Ikambere- Aide aux femmes africaines migrantes séropositives)

Modération : Christophe Broqua (anthropologue, IHEID, Genève)


11h – 11h15
Pause


11h15 – 11h45
Présentation du projet européen de recherche et d’histoire orale EUROPACH « Perspectives transdisciplinaires : activisme, citoyenneté et santé »
Avec Todd Sekuler (Université Humboldt, Berlin) et Justyna Struzik  (Jagiellonian University, Cracovie)


11h45 – 12h
Discussion


12h – 13h
Déjeuner


13h – 14h30
Table ronde « trajectoires de soignant.es »
Avec Françoise Baranne (auteure et formatrice en soins infirmiers)
Patrick Philibert (médecin, infectiologue, membre du bureau COREVIH Provence Alpes Corse et coordinateur médical du réseau Santé Marseille Sud)
Alain Sobel (médecin, immunologiste, ancien président du conseil national du sida)
Hélène Delaquaize (médiatrice en santé publique)

Modération : Sandrine Musso (anthropologue, AMU – CNE/Ehess)


14h30 – 14h45
Pause


14h45 – 16h15
Table ronde « l’impact du sida sur la recherche scientifique »
Avec Maxime Journiac (ancien membre de Sida Info Service, du TRT-5 – groupe inter-associatif traitement et recherche thérapeutique – et de l’EATG ; co-fondateur du collectif Hépatites virales)
Jean-Daniel Lelièvre (médecin, chef de service Immunologie clinique & maladies infectieuses, CHU Henri Mondor)
Laurence Pascal (Santé publique France, Cire Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse)
Isabelle Poizot-Martin (médecin, chef de service Immuno-hématologie clinique, Hôpital Sainte-Marguerite)
Bruno Spire (médecin, directeur de recherche à l’Inserm, ancien président d’AIDES)

Modération : Vincent Douris (Sidaction, Responsable Recherches opérationnelles)


16h15 – 16h30
Pause


16h30 – 17h
Présentation par Stéphane Abriol (anthropologue, CNRS/Cerlis, Université Paris Descartes) du film Sida, nouveaux traitements, une histoire en mouvement (1997) et projection.


17h00 – 17h30
Discussion / ouverture


 

 

Ce cycle de rencontres (« Collecter, conserver et exposer la lutte contre le VIH-sida ») se déroule du 

Dès 1994, le Musée national des arts et traditions populaires (MNATP), précurseur du Mucem, a initié une réflexion concernant l’histoire et les mémoires des luttes contre le sida, qui a notamment permis au musée de mener une vaste entreprise de collecte dans les années 2000, constituant un patrimoine représentatif de l’histoire et des mémoires des luttes contre le VIH-sida en France et dans de nombreux pays de la zone euroméditerranéenne.

Aujourd’hui, le Mucem réfléchit aux moyens de rendre public le fruit de ces collectes et la mémoire des luttes sociales qui ont accompagné l’histoire récente du VIH-sida : comment construire un projet d’exposition qui mettrait en lumière les inégalités sociales face à la maladie, l’ampleur des mobilisations collectives, les nouveaux rapports à la sexualité ou à la mort ainsi que toutes les questions relatives aux droits humains que le VIH-sida a fait émerger dans la société ?

Afin de contribuer à la construction théorique de ce projet et de réfléchir à la place que le musée doit occuper dans la restitution de cette mémoire, nous invitons toutes les personnes – chercheurs, associatifs, particuliers, etc. – qui se sentent concernées ou intéressées par l’histoire du VIH-sida, à aider le Mucem dans cette démarche et à venir participer aux rencontres et débats proposés en 2017 et 2018.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb, Revue L’Année du Maghreb

Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb
Sous la direction de Monia Lachheb (IRMC, Tunis) et Christophe Broqua (IHEID, Genève)

Appel a contribution : Appel_annee_maghreb

Argumentaire:
La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.
Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a ; 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnels/les de sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/Sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb.. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.
Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales.

Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Le Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales se sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Des parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. A l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension de genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagement et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés »?

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.

Calendrier
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 15 mai 2018.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : 30 novembre 2018.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : 30 mai 2019.
Édition du volume : novembre 2019.

Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne en cliquant sur le lien.

Categories
appels à candidature

Offre de stage : Inventaire de la collection « histoire et mémoire des luttes contre le sida »

Le poste est basé au Mucem, Marseille

  • Durée : 4 mois (mai-août, juin-septembre, juillet-octobre)
  • Cursus demandé : niveau master. Archives, Histoire, Histoire de l’art, Anthropologie
  • Objectif : reprise des fiches d’inventaires des objets de la collecte « histoire et mémoire des luttes contre le sida ».
    Inventaire d’un fonds d’objets donné par une association de lutte contre le sida (recherche et documentation)
  • Nom et adresse mail du référent pour l’envoi des candidatures et CV : Florent Molle / florent.molle@mucem.org

Categories
appels à candidature Emploi

Offre d’emploi: chargé.e de projet à mi-temps, Observatoire du Sida et des Sexualités, Bruxelles

L’Observatoire du sida et des sexualités (Université Saint-Louis – Bruxelles) engage à mi-temps un.e chargé.e de projet pour les Stratégies concertées du secteur de la prévention des IST/VIH

Description de l’employeur
Créé en 2001, l’Observatoire du sida et des sexualités est un centre de recherche de l’Université Saint-Louis qui propose l’éclairage des sciences humaines et sociales sur des questions relatives aux sexualités et aux IST dont le VIH et les hépatites dans un cadre de promotion de la santé sexuelle. L’Observatoire veille à l’articulation entre l’expertise scientifique et l’action concrète et a pour objectif général d’améliorer l’adéquation entre les besoins des publics prioritaires de la prévention, les stratégies d’intervention mises en oeuvre par les acteurs de terrain et les politiques en vigueur en Wallonie et à Bruxelles.

Description de la fonction
Au sein de l’Observatoire du sida et des sexualités, vous coordonnerez le réseau des Stratégies concertées du secteur de la prévention des IST/VIH en Wallonie et à Bruxelles et son Comité de pilotage et d’appui méthodologique (CPAM).
Le réseau des Stratégies concertées rassemble divers intervenants actifs en matière de prévention, de dépistage, de soins, de droits et de qualité de vie en santé sexuelle. Il travaille à la planification de la prévention des IST/SIDA sur la base d’analyses de situation et avec une méthodologie de gestion de cycle de projet participative et systémique.
Le réseau et les projets sont décrits sur notre site : http://www.strategiesconcertees.be .

Le ou la chargé.e de projet devra mener les tâches suivantes :
1. Coordination des planifications et de l’évaluation
– Développer des innovations méthodologiques en matière de planification de la santé
– Organiser des ateliers de mise à jour en partenariat avec les points focaux et le CPAM
– Collecter et synthétiser des données socio-épidémiologiques avec l’équipe
– Assurer la rédaction, l’édition et la diffusion des cadres de référence et publications
– Accompagner l’évaluation des cadres de référence avec les intervenants/participants
– Développer des critères et indicateurs communs d’évaluation
2. Coordination et mobilisation du réseau des Stratégies concertées et du CPAM
– Organiser les réunions du CPAM (convocation, ordre du jour, animation, comptes-rendus)
– Mobiliser et élargir le réseau et veiller à la qualité de la composition du CPAM
– Assurer la communication régulière au sein du réseau et du CPAM (via les listes de diffusion, le site internet et Facebook)
– Représenter le CPAM au sein de groupes de travail, colloques et séminaires, et vis-à-vis des autorités publiques en promotion de la santé
– Mener le travail de plaidoyer du CPAM (mobiliser, préparer, rédiger, éditer, diffuser les productions)
– Assurer une activité annuelle des membres du réseau (en lien avec l’activité scientifique de l’Observatoire et l’actualité stratégique sur le terrain).
Le ou la chargé.e de projet contribuera à la réflexion collective de l’équipe scientifique et participera aux réunions de travail de l’Observatoire.

Profil
Vous êtes titulaire d’un master en santé publique ou en sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, histoire, sciences politiques, etc.).
Vous avez une expérience professionnelle dans la méthodologie et/ou la planification stratégique et l’évaluation de programme en promotion de la santé.
Vous avez une expérience de mobilisation et d’animation d’un réseau d’acteurs.
Vous connaissez le milieu associatif et les enjeux de la prévention des IST/VIH/hépatites et/ou le secteur de promotion de la santé, en particulier la santé sexuelle.

Compétences
• Vous savez mobiliser un réseau d’acteurs.
• Vous savez organiser et animer des réunions, conférences et/ou des ateliers.
• Vous avez une capacité de synthèse de l’information et de rédaction.
• Vous pouvez vous insérer dans une petite équipe tout en travaillant de manière autonome.
• Vous avez de très bonnes capacités d’expression orale et écrite en français.
• La connaissance de l’anglais est recommandée et la connaissance du néerlandais est un atout important pour le lien avec d’autres organisations nationales ou internationales.
• Vous maîtrisez l’outil informatique (bureautique) et savez gérer un site internet et les réseaux sociaux.
• Une expérience dans la recherche (qualitative et/ou quantitative) est un atout.

Conditions
Engagement à partir de février 2018 (flexible selon disponibilité du candidat)
Contrat d’assistant de recherche à durée déterminée prenant fin le 31 décembre 2018, renouvelable annuellement selon subsides.
Temps de travail : mi-temps.
Barème salarial universitaire : 8A.
Remboursement à 100% des frais de déplacement domicile-travail en transports en commun, remboursement kilométrique des frais de déplacement domicile-travail en vélo.
Lieu de travail : Université Saint-Louis -Bruxelles http://www.usaintlouis.be/. Activités en Région bruxelloise et en Région wallonne (déplacements à prévoir).

Candidatures et entretiens
Pour poser votre candidature, merci d’envoyer un curriculum vitae et une lettre de motivation par mail à l’adresse observatoire@usaintlouis.be en mentionnant en objet « Candidature chargé.e de projet 2018 ».
Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 28 janvier 2018.

Téléchargez l’offre complète ici: OBS-SIDAprofil-fonction-SC