Categories
Colloque

COLLOQUE SISM 2019 Arpsydemio: le traumatisme psychique

Mardi 19 Mars
08h30-17h30
Bibiolthèque Alcazar
58, Cours Belsunce
Salle de conference
Inscription obligatoire

C’est à partir des états gravement traumatiques des soldats, durant la guerre de 1914-1918, causés par la violence inouïe des vécus (blessures, explosions de guerre, mort d’un camarade soldat) que la psychiatrie commence à s’intéresser à ce syndrome.

Aux Etats-Unis, de nombreux vétérans de la guerre du Vietnam, à leur retour  (1960-1975) souffrent de traumatismes psychiques ; cela provoque une accélération des recherches sur cette pathologie.

Fait essentiel, la victime est ou se sent incapable de réagir, éprouve un fort sentiment d’impuissance, parfois même de culpabilité.

La personne atteinte de stress post-traumatique souffre de “flashbacks” l’amenant à revivre de façon répétée la situation stressante sous forme de cauchemars ou de souvenirs obsédants.

Cette réitération s’accompagne d’un certain nombre de symptômes parmi lesquels une grande anxiété – la personne est sur le “qui-vive” – ce qui peut conduire à des idées et des actes suicidaires, une grande fatigue psychique, un comportement de détachement et d’insensibilité par rapport aux autres, une anhédonie majeure, et des comportements d’évitement de toute situation susceptible de rappeler le traumatisme.

La gamme des événements traumatogènes est large et concerne tous les âges.

Le psychotrauma de l’enfant est fréquent, peut être grave et donner lieu à des séquelles maintenant mieux identifiées par les cliniciens et confirmées par des études récentes.

Le délai entre l’exposition à la situation traumatique et la survenue du psycho trauma est très variable selon les personnes, pouvant aller de quelques semaines à quelques mois.

Le trouble peut dans certains cas, se transformer en maladie chronique avec une modification durable et profonde de la personnalité.

Ce type d’évolution n’est pas rare. Les personnes peuvent s’enfermer dans le silence, désespérer de leur état, souvent mal vécu par leur entourage.

La gravité du syndrome n’est pas toujours liée au traumatisme subi, l’histoire, la personnalité, le vécu du sujet comptent tout autant.

Les neurosciences s’intéressent beaucoup à ces phénomènes. Chacun peut réagir à un évènement traumatique à sa manière, sur différents plans,  biologique, affectif, neurologique, ou psychique.

Lorsque les réponses sont inadaptées, générant des décompensations pathologiques, le syndrome s’installe.

Ainsi l’état de stress post-traumatique ne serait pas seulement un souvenir envahissant et récurrent de la situation traumatisante, mais aussi un déficit de mémoire empêchant la personne atteinte, de réduire sa réaction de peur, confrontée à un contexte prédictif de la menace.

Comme nous l’avons dit, l’évolution de la maladie varie selon les individus mais aussi selon la rapidité et la qualité de la prise en charge.

Un dispositif d’urgence sanitaire bien défini (C.U.M.P.) d’aide médico-psychologique précoce des blessés psychiques (ou « impliqués ») dans les situations d’urgence collective (ou individuelle) a été mis en place sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé à partir de 1997.

Les CMP multiplient les prises en charge de personnes atteintes de PTSD, victimes de parcours migratoires violents, d’événements terrifiants, de drames. Les personnes fuient la guerre, les persécutions, les viols, et arrivent sidérées ou en larmes, dans la difficile évocation de la violence de leur vécu.

Cette journée de colloque propose de réfléchir à la question du traumatisme, dans ses aspects neuroscientifiques, psychiques, politiques et sociaux.

Nous vous attendons, nombreux, usagers, familles, professionnels ou citoyens pour échanger tous ensemble sur ce thème, malheureusement, très actuel dans notre société.

Programme

8h30  Accueil café des participants

9h Ouverture du colloque


Dr Dolores TORRES, présidente d’Arpsydemio, chef de service secteur 12
Dr Patrick PADOVANI, adjoint au maire de Marseille chargé de l’hygiène,  de la santé et du handicap  
Dr Françoise GAUNET ESCARARS, pédiatre

Matin : le trouble de stress post-traumatique en psychiatrie générale

09h30-10h30 Présentation du stress post-traumatique et de la cellule d’urgence médico psychologique (C.U.M.P.) et présentation de l’AVAD
Dr Flavie DERYNCK, praticien hospitalier CHU La Conception, coordinatrice des C.U.M.P. de la région PACA
– Présentation de la problématique du stress post-traumatique, outils et dispositif de soins (quels soins, en quels lieux)
– Le travail au sein de la C.U.M.P. avec la présence de volontaires de l’hôpital et du SAMU en cas de catastrophe
– Dispositif sur le terrain dans des conditions exceptionnelles notamment sur demande du préfet parfois

10h30-11H M. Marcel BOVIS, coordinateur et chef de service A.V.A.D.
Présentation de l’association d’aide aux victimes d’actes de délinquance (AVAD)

11h00-11h20   Pause

11h20-11h40 Dr Frédéric PAUL, psychiatre, chef de service (H.I.A. Lavéran) avec M. Olivier DE VERGNETTE,infirmier
« En revenir, éclairages d’un soignant militaire blessé au combat », le stress post-traumatique dans le contexte militaire
 
11h40- 12h10 Mme Mélanie MAURIN, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie formée en thérapie de groupe et thérapies brèves. Institution « Osiris »
« Le traitement du psycho-trauma par des techniques de thérapie brève »
 
12h10-12h45 Échanges avec la salle
 
12h45 Déjeuner libre

Après-midi : le trouble de stress post-traumatique en pédo-psychiatrie

14h15-14h30 Introduction des interventions de l’après-midi et discutant
Pr David DA FONSECA, psychiatre chef de service, praticien hospitalier hôpital Salvator, enseignant chercheur
 
14h30-15h Pr François POINSO, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille
« Les spécificités du P.T.S.D. chez l’enfant »
 
15h-15h30 Dr Michèle BATTISTA, praticien hospitalier au SUPEA du Pr ASKENAZY (hôpitauxpédiatriques de Nice CHU Lenval) : centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme, vice-présidente de la CME des hôpitaux pédiatriques universitaire de Nice depuis 2017
« Comment prendre en charge les enfants jeunes infra-verbaux psycho traumatisés? De nouvelles propositions de prises en charges à travers la mise en place d’un centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme »
 
15h30-15h45 Vidéo projection d’une consultation
 
15h45-16h Discussion
 
16h00-16h30 Dr Frédérique GIGNOUX-FROMENT, (H.I.A. Lavéran)
« Un retour pas comme les autres : à propos d’une consultation au profit d’enfants de militaires traumatisés en opération »
 
16h30-17h Échanges avec la salle 

Tarifs

Tarif formation continue : 70 €
Tarif individuel : 40 €
Tarif réduit (usager, famille d’usager, étudiant, adhérent, RSA, autres…) : 10€

Lien vers le site de l’annonce

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contributions : Populations vulnérables n° 6 – Violences et santé : des vulnérabilités réciproques ?

 

  • Propositions d’articles à envoyer aux deux coordonnatrices: 1 à 2 pages avec la problématique, la méthodologie et le plan.
  • Date limite proposition: 7 janvier 2019.
  • Sélection des propositions d’articles et réponse aux auteurs : 20 janvier.
  • Les articles (maximum 45 000 signes) seront attendus au plus tard le 15 mars.  Ils feront ensuite l’objet d’une évaluation par les pairs.

 

L’impact des violences subies sur la santé physique et psychique des personnes est une question sociale récurrente, en matière de bien-être et de participation à la vie sociale comme pour les questions financières. En sens inverse, les personnes ayant une santé fragilisée par une maladie chronique et les personnes en situation de handicap sont des cibles privilégiées de violences dans les espaces privés comme dans les espaces publics. En France par exemple, de nombreux articles fondés sur l’exploitation de grandes enquêtes statistiques ont traité des effets des violences, mais en se limitant souvent aux violences physiques et sexuelles, parce que seuls les faits de cette nature étaient inclus dans le questionnement ou parce que l’importance des violences verbales, psychologiques ou économiques, était méconnue ou minimisée. Cependant la fréquence et l’accumulation de telles atteintes peuvent aussi affecter la santé, de manière directe ou de manière indirecte, via notamment l’impact des violences sur les trajectoires sociales. Quelles sont les médiations qui s’opèrent entre exposition aux violences et problèmes de santé, que leur rôle soit protecteur ou au contraire néfaste ? La notion de vulnérabilité permet-elle d’éclairer l’impact des violences sur la santé ?

Quant aux études de l’exposition aux violences des personnes en situation de handicap, elles concernent rarement la France ou sont basées sur des données non représentatives. L’enjeu principal est donc de combler le manque d’information. Les données disponibles mettent-elles en évidence une surexposition à des violences spécifiques, ou pour des sous-groupes, à l’intersection de la situation de handicap et du genre par exemple ? Conceptualiser en termes de population vulnérable ou de situation de vulnérabilité permet-il de mieux éclairer les processus à l’œuvre dans l’exposition aux violences ? Au-delà d’une relation causale univoque, l’exposition aux violences et les problèmes de santé ou situation de handicap s’alimentent-ils ? C’est à ces interactions entre violences subies et état de santé qu’est dédié le numéro 6 de la revue Populations Vulnérables. Les articles proposés seront fondés sur l’analyse de données quantitatives permettant non seulement d’établir des corrélations entre indicateurs d’état de santé et indicateurs de violences subies mais aussi d’étudier des processus.

 

Consignes de rédaction
Appel à contribution
PDF

 

Numéro coordonné par
Elizabeth Brown, Université Paris 1 et INED     Elisabeth.Brown@univ-paris1.fr
Claire Scodellaro, Université Paris 1 et INED   Elisabeth.Brown@univ-paris1.fr

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire de recherche « Technologies reproductives et d’enfantement: Risques, marchés, régulations, violences », Programme 2017-2018, EHESS Paris

SÉMINAIRE DE RECHERCHE « TECHNOREP »
EHESS – 2017-2018

Technologies reproductives et d’enfantement : Risques, marchés, régulations, violences

2e lundi du mois de 13 h à 16 h, du 13 novembre 2017 au 11 juin 2018, à l’Ehess, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 13.

Argumentaire:

De la conception à l’accouchement en passant par la grossesse, le progrès médical est parvenu à orienter voire façonner en profondeur le  processus d’enfantement dans les sociétés contemporaines, par le biais d’une part des innovations « révolutionnaires » ou de rupture telles que  la PMA-GPA (qui a détaché l’embryon de l’utérus), le diagnostic prénatal (qui a rendu le fœtus « maîtrisable ») ou la contraception hormonale,  et d’autre part, par des technologies, instruments ou médicaments qui, bien que plus anciens ou conventionnels, déplacent eux aussi les frontières entre le naturel et l’artificiel, le moderne et l’archaïque, le biologique et le médical (échographie, césarienne, péridurale). Au croisement des études sociales et culturelles des techniques, de la sociologie de la médicine, et des études sur le genre, ce séminaire de recherche vise à décrypter ces nouveaux paysages reproductifs et d’enfantement modelés par la médecine  à partir de quatre axes principaux. Nous aborderons les trajectoires sociohistoriques de ces différentes techniques, en traçant les continuités, les complémentarités, ou au contraire les concurrences entre elles, et ce dans l’objectif de saisir les voies à travers lesquelles elles se sont généralisées ou rendues « acceptables », souvent de façon cumulée. Nous analyserons les régulations nationales et internationales dont ces innovations font l’objet depuis les dernières décennies, redessinant par là de nouveaux rapports, institutionnels, à la maternité/parentalité,  au genre, au corps, au biologique, au risque, ou encore à l’handicap. Nous passerons au crible les marchés et les logiques industrielles dont elles relèvent et les formes de gouvernement économique  qu’elles donnent à voir. Nous étudierons enfin les critiques ou controverses publiques qu’elles suscitent en termes non seulement éthiques, mais aussi épistémologiques (savoirs féministes/profanes vs savoirs médicaux), sanitaires (e.g. risques iatrogènes de la FIV ou de la pilule contraceptive), et politiques (e.g. débats autour de la place accordée au travail reproductif, aux liens biologiques, ou encore à la sécurité dans les sociétés productivistes et du risque).

Programme:

13  Novembre – De l’accouchement fordiste aux violences obstétricales ? Perspectives anthropologiques et féministes

Marie-Hélène Lahaye (Juriste et auteure féministe), Autour de Accouchement: les femmes méritent mieux (à paraître aux Editions Michalon, 2018)

Mounia El Kotni (University at Albany, Suny), Application de la loi sur les violences obstétricales au Mexique : pour une perspective anthropologique critique du consentement 

11 Décembre – Grossesses imparfaites : histoire et sociologie des techniques de diagnostique d’handicap

 Ilana Löwy (Cermes3), autour de son dernier ouvrage Imperfect Pregnancies. A History of Birth Defects and Prenatal Diagnosis (John Hopkins, 2017)

Isabelle Ville (CEMS-Inserm), Les pratiques de diagnostic prénatal. Ce que les techniques font au care

8 Janvier – Epidémies de césariennes : enjeux Nord-Sud

 Clémence Schantz Inguenault (IRD) : Déconstruire la demande de césarienne à Phnom Penh, Cambodge

Chiara Quagliariello (CEMS/Ehess) : Accouchements déterritorialisés et recours à la césarienne: histoire de la naissance à Lampedusa (Italie)

12 Février –Techniques d’aide à la procréation : entre science et marché

 Anne-Sophie Giraud (Queen Mary University of London), « Safe, reliable and efficient »: interroger la notion d évidence à travers le cas du Time-Lapse en FIV

Virginie Rozée (INED), Les paradoxes genrés de la gestation pour autrui en Inde.

12 Mars – Gouverner l’accouchement par le risque et par le droit

 Solène Gouilhers (Université de Lausanne), Gouverner l’accouchement par le risque : cartographie des surveillances, de l’hôpital au domicile, en Suisse

Marianna Marques Pulhez (Universidade Estadual de Campinas), Les défis de la construction de la catégorie de Violence Obstétricale au Brésil

9 Avril – Travail reproductif et féminisme

Laëtitia Negrié et Béatrice Cascales (auteures), autour du livre L’accouchement est politique (Eds. L’Instant Présent, 2016)

Marie Mathieu (Cresppa), L’encadrement institutionnel de l’avortement en France et au Québec. Des théâtres de la bienveillance aux scènes de l’ambivalence.

14 Mai –  Technologies d’infertilité : débats et régulations

 Kylie Baldwin (De Montfort University), Individualising gendered fertility risk: the case of new fertility monitoring and extension technologies

Sezin Topçu (Ehess), Rupture or Continuity? Surrogacy Debate and Technological Motherhood in Turkey

11 Juin – Matières reproductives et bio-économies

Séance en cours de programmation

 

Programme téléchargeable ici: programme séminaire Technorep, 2017-18

 

Renseignements et inscription

 Ce séminaire de recherche mensuel s’adresse aux étudiant.e.s en master (M1-M2) et aux doctorants, ainsi qu’aux collègues-spécialistes. Il est également ouvert aux auditeur.ices libres.

Pour vous inscrire au séminaire (et le valider si vous êtes masterant.e), merci d’envoyer un mél à : chiara.quagliariello@ehess.fr.

Pour les modalités de validation et le rendu final, merci de contacter: sezin.topcu@ehess.fr, chiara.quagliariello@ehess.fr, lowy@vjf.cnrs.fr.

Site web du séminaire :  https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1649//

Pour suivre les actualités du projet ANR Hypmedpro (et du séminaire) : https://hypmedpro.hypotheses.org/about

 

Responsables:

Sezin Topçu, chargée de recherche au CNRS (IMM-CEMS-EHESS)
Chiara Quagliariello, postdoctorante au CEMS (IMM-EHESS)
Ilana Löwy,  directrice de recherche à l’INSERM (CERMES3)

 

 

Categories
appels à communication Colloque

Colloque International « Violence en milieu universitaire : prise en charge et réponse éducative»

APPEL A COMMUNICATION

22-24 novembre 2017
A UFR SCIENCES DE L’HOMME ET DE LA SOCIÉTÉ
UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOUET-BOIGNY
BPV34
Abidjan (Côte d’Ivoire)

La violence dans les institutions d’éducation et de formation est devenue un phénomène préoccupant. Au plan mondial, les conférences se multiplient pour faire prendre conscience de sa gravité et de la nécessité de la résoudre. Les initiatives gouvernementales en Occident ne manquent pas. Elles ont permis de mettre en place des mécanismes de résolution et même de prévention des violences en milieu scolaire et universitaire.
En France, par exemple, en octobre 2000, un arrêté du Ministère de l’Education Nationale a créé le Comité National de Lutte contre la Violence à l’école. Constitué de façon à être ouvert largement à tous les partenaires dans la lutte contre les violences et les incivilités, ce comité a pour mission d’identifier et d’analyser les phénomènes de violence à l’école et de proposer, en relation avec les autres départements ministériels, les réponses propres à lutter contre ces phénomènes. Ce Comité est informé des bilans concernant la violence scolaire et des actions mises en oeuvre dans les établissements scolaires.
Au Canada, l’enquête ESSIMU (Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire) vaste enquête dévoilée en janvier 2017 à l’Université du Québec à Montréal, conclut que les violences sexuelles sont fréquentes dans le milieu universitaire. En effet, l’université n’est pas à l’abri des rapports de pouvoirs qui marquent le social et qui sont basés sur une sorte de subordination, ou un sentiment de domination.
De nos jours, le phénomène de violence déborde les frontières, déjoue toutes les stratégies et ne se limite plus seulement qu’aux pays développés.
Actuellement, rares sont les pays africains qui ne l’ont pas connu. On se souvient de l’attaque de l’université de Garissa, au Kenya, en avril 2015. Cet attentat perpétré par le groupe islamiste somalien Al-Shabbaab, à l’université de ladite ville avait fait 152 tués, dont 142 étudiants, 3 policiers, 3 militaires et 4 terroristes.
Au regard de la gravité du phénomène, de ses récurrences et surtout des enjeux, les réactions restent molles, individuelles, sectaires et inefficaces. On assiste à une absence presque totale d’initiatives collégiales, régionales et continentales pour penser, élaborer des stratégies de prévention et de résolution afin de juguler les réapparitions de cette violence dans les institutions d’éducation et de formation. Ce qui corrobore, d’ailleurs, les propos de DEBARBIEUX Éric à la conférence du 05 au 07 Mars 2016, à l’UNESCO :

« Toutes les démocraties libérales sont touchées par la violence dans le système scolaire. Les débats sur cette question existent partout, mais les faits auxquels l’école est confrontée ainsi que les stratégies pour y remédier sont différents».

Aujourd’hui, on en est encore à tergiverser avec une inexpérience et une relative méconnaissance des facteurs déclencheurs, des catégories de violences en jeux, des vulnérabilités et surtout du cadre de réflexions nationales, régionales et continentales.
Presque tous les secteurs des systèmes éducatifs et de formation des pays africains sont affectés, et les universités semblent être les plus atteintes. La Côte d’Ivoire, en la matière, nous offre des exemples éloquents. Ses universités publiques sont devenues des foyers de troubles et de tensions depuis plus de
trois décennies. Elles fournissent de nombreuses occasions de brutaliser, de harceler, d’intimider, de violer, d’agresser, de vandaiiser, de participer à des affrontements de toute sorte, etc. Qui ne se souvient de l’intervention musclée de l’armée à la Cité universitaire de Yopougon en 1991 ? Qui n’a pas en
mémoire l’étudiant Thierry Zébié Zirignon, abattu à coup de gourdins, le crâne fracassé par des jets de pierre en juin 1991, non loin de la cité universitaire Mermoz à Abidjan ? Pour la première fois, un étudiant était tué lors de manifestation de protestation. Cet acte de violence inouïe avait été précédé de formes extrêmes de violence. Comme le rappelle le sociologue Francis Akindès :

« Un pas a été franchi, lorsqu’en 1990, suite à un mouvement estudiantin de protestation, la police et l’armée, sous les ordres du Chef d’Etat-major de l’époque, le général Robert Guéï, violent les franchises universitaires, tirent à balles réelles sur les étudiants manifestants, tuent un étudiant à Adzopé. Les mêmes forces de l’ordre organisent en 1991, une expédition punitive sur la cité universitaire de Yopougon… Au cours de cette expédition, des étudiantes sont violées… Face à l’exercice de plus en plus répressif de l’autorité de l’État, les étudiants qui estiment n ‘avoir plus rien à perdre cultivent eux aussi des méthodes et des réponses toutes aussi violentes : les lance-pierres sont très vite remplacés par des machettes, des gourdins et des grenades lacrymogènes artisanales à base de poudre de piment connues localement sous le nom de « lacry-baoulé », fabriquées par les utilisateurs eux-mêmes. »
( cf. Côte d’Ivoire : la réinvention de soi dans la violence, Codesria, 2011, p. 14)

Depuis lors, la violence est devenue un casse-tête pour les autorités politiques et universitaires. Les incidents observés sur le terrain vont de simples problèmes de disciplines aux gestes obscènes, aux crimes. Les menaces verbales et physiques, les agressions, le vandalisme et les extorsions de toute nature, les chantages et harcèlements sont devenus des faits quotidiens auxquels sont soumis les étudiants, les enseignants, le personnel administratif et technique.
L’étudiant Abib Dodo Borice, en subira les frais. Il sera torturé puis assassiné par ces condisciples en juin 2004 sur le campus universitaire de Cocody.
Après la crise post-électorale de 2011, et environ trois ans après, les universités publiques ont semblé connaître une accalmie. L’harmonie et la paix ont semblé reprendre leurs droits. Mais, ce n’était qu’une illusion, un répit. La violence y a resurgi de plus bel avec virulence au grand étonnement des autorités politiques et universitaires. En effet, en juin 2016, l’étudiant handicapé Alaba Roland Bonaventure a été percuté sur le campus de Cocody par un véhicule de la police. Pris en charge par le Samu, il sera transféré au CHU de Cocody. Malheureusement, cet étudiant en Ll de Sciences économiques et de gestion n’a pas survécu à ses blessures. Trois ministres venus participer à la cérémonie d’hommage à cet étudiant décédé seront conspués par la foule d’étudiants. La cérémonie s’est terminée dans la confusion. Après avoir trouvé refuge dans les locaux de la présidence de l’université, la délégation gouvernementale en sera discrètement exfiltrée.
Face à cette résurgence de la violence en milieu universitaire, le rôle de l’université se trouve interrogé. Selon Frederico MAYOR (Unesco, 1991)

« Une université sert à cerner et à étudier les grands problèmes nationaux et à contribuer aux débats sur les grands thèmes de réflexion planétaires ; à collaborer avec les secteurs de l’industrie et des services de développement national; à permettre aux gouvernements de prendre des décisions scientifiquement motivées puisque l’on s’efforce de plus en plus de donner aux décisions politiques une base scientifique ».

L’UFR Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan Cocody, s’inscrit dans cette perspective en organisant ce colloque international:

Ce colloque offre aux experts et spécialistes, aux usagers et acteurs des universités, aux observateurs, aux victimes, aux entreprises, aux autorités politiques et universitaires, un cadre de réflexion pour :

  • Penser et repenser la violence à l’université.
  • Retracer les nouveaux enjeux et les profils des acteurs susceptibles de faire face aux défis de la violence.
  • Réinterroger le système universitaire dans sa structuration, son organisation, et son fonctionnement.

Au total, l’enjeu du colloque est centré sur la restauration de l’autorité du personnel d’encadrement technique et pédagogique d’une part, et d’autre part sur les conditions de vie et de travail de tous les usagers (enseignants, étudiants, personnel administratif et technique, syndicats et associations d’étudiants, etc.).
Les droits et devoirs des différents maillons de la structure universitaire constituent un gage de la réussite de l’institution.
La complexité de la violence et la variété de ses formes recommandent des réponses pluridisciplinaires, des réponses coordonnées et complémentaires entre l’enseignement supérieur et ses partenaires, notamment les ministères, les collectivités territoriales, la police, la gendarmerie, la justice, les organisations professionnelles et la société civile.
Les contributions attendues doivent concerner différents champs de réflexion et problématiques (Géographie, Histoire, Philosophie, Psychologie, Sociologie, Sciences juridiques, Sciences médicales, Economie et gestion,
Criminologie, Sécurité, etc.), la Société civile, les ONG, etc. Elles devront s’inscrire dans les axes et sous-thèmes suivants.

AXE 1 : VIOLENCES EN MILIEU UNIVERSITAIRE : FACTEURS, VICTIMATIONS ET VULNÉRABILITÉS

Sous-thème 1.1: Facteurs de la Violence en milieu universitaire

Sous-thème 1.2 : Victimations en milieu universitaire (catégorie ou typologie de violences)

Sous-thème 1.3 : vulnérabilités en milieu universitaire.

AXE 2: SANCTIONS ET NORMES UNIVERSITAIRES A L’ÉPREUVE DES VIOLENCES: RÉALITÉS INSTITUTIONNELLES, ACADEMIQUES ET ANDRAGOGIQUES.

Sous-thème 2.1 : Normes universitaires et violences.

Sous-thème 2.2 : Sanctions des actes violents en milieu universitaire : entre résilience et permissivité.

Sous-thème 2.3 : Gouvernances universitaire et violence.

AXE 3: VIOLENCE A L’UNIVERSITÉ: RESPONSABILITÉS ET DISPOSITIFS DE PRÉVENTION

Sous-thème 3.1 : Violences universitaires et responsabilités des acteurs.

Sous-thème 3.2 : Dispositifs de prévention de la violence en milieu universitaire

Sous-thème 3.3 : Violences universitaires et institutions de régulation de la sécurité.

AXE 4: VIOLENCES EN MILIEU UNIVERSITAIRE ET STRATÉGIES DE PRÉVENTION

Sous-thème 4.1 : Système normatif et gouvernance de la relation entre les enseignants, le PAT et les étudiants.

Sous-thème 4.2 : Système normatif et gouvernance des relations entre étudiants

Sous-thème 4.3 : Système normatif et gouvernance des relations entre les étudiants et les instruments de régulation (police, militaire, associations d’étudiants, etc.)

NORMES DE SOUMISSION ET ECHEANCIER

15 septembre 2017 : date limite de soumission des propositions de communication. Les propositions, suivies d’un résumé de maximum 300 mots, sont à envoyer au Comité scientifique du Colloque, à l’adresse ci-dessous.

Elles doivent être rédigées sous Word uniquement (Times New Roman, 14, interligne 1.15, justifié), sous forme de résumé avec indication du titre de la communication, de l’axe et du sous-thème d’inscription, du nom de l’auteur, de son grade ou fonction, de son organisme d’appartenance, de son adresse électronique, et de son numéro de téléphone.

15 septembre 2017 : Propositions de communications avec titres et résumés, en français, reçues jusqu’au 15 septembre 2017 à l’adresse : shscolloque(a),gmail. com

10 octobre 2017 : notification d’acceptation ou non du résumé par le Comité.

25 octobre 2017 : Envoi des lettres d’invitation.

22-24 novembre 2017 : Assises du colloque international.

Categories
Résumés de thèses

Contraindre pour soigner ? Les tensions normatives et institutionnelles de l’intervention psychiatrique après l’asile.

De Delphine MOREAU

Sous la direction de Nicolas  DODIER

Thèse en Sociologie, soutenue le 2 décembre 2015 à l’EHESS Paris

 

Cette recherche explore la persistance de la contrainte au sein d’une psychiatrie qui a aujourd’hui profondément évolué : soins majoritairement libres et extra-hospitaliers, réduction fortes des durées de séjour. Elle l’étudie à travers deux dimensions : les pratiques coercitives elles-mêmes, resituées dans l’ensemble des interventions des professionnels, et les dispositifs institutionnels, légaux, architecturaux, spatiaux, qui cristallisent un certain arbitrage entre les tensions normatives entre soin, sécurité et liberté. L’exercice de la contrainte n’a cessé d’être au cœur des accusations portées contre la psychiatrie, parfois par les professionnels eux-mêmes : accusation d’arbitraire, d’abus, de violence. Il est parallèlement défendu au nom de la protection des personnes elles-mêmes. L’enquête suit les variations critiques auxquelles les différentes pratiques sont inégalement exposées et les formes de régulations dont celles-ci font l’objet. La mise en perspective historique du cadre juridique français depuis 1838 et son articulation avec les transformations des modalités de prise en charge permettent de mettre en évidence la manière dont les contraintes sont diversement problématisées et encadrées légalement. L’économie des contraintes intra-hospitalières est mise en évidence à partir de l’étude ethnographique d’un secteur (service d’hospitalisation, 6 mois, centre d’accueil et de crise, 3 mois), d’observations plus ponctuelles d’autres services (hospitalisation et urgences psychiatriques, 2 mois) et d’entretiens avec les professionnels de la psychiatrie (n=61). L’analyse fait apparaître la manière dont les professionnels opèrent les partages entre contrainte légitime et illégitime et élaborent des savoir-faire de façon à conjurer ou à tout le moins limiter la violence de leurs pratiques et à obtenir sinon le consentement, du moins le « bon vouloir » des personnes hospitalisées. Les décisions d’HSC et de sortie sont analysées comme des moments d’extension ou de retrait de la prise institutionnelle, dans des parcours qui peuvent connaître des HSC devenues plus courtes, mais susceptibles d’être réitérées. Pour comprendre l’hétérogénéité territoriale du recours à ces mesures, il faut resituer ces décisions dans l’économie des dispositifs de soins disponibles. L’analyse fait apparaître les engagements différenciés des équipes psychiatriques, selon qu’elles investissent ou non une mission d’accompagnement plus « sociale » auprès des patients, mais aussi selon la légitimité d’un recours au soin psychiatrique dont elles revendiquent d’évaluer elles-mêmes les contours. Des formes de contrainte plus diffuses peuvent alors se loger dans un accompagnement extra-hospitalier en tension entre des attentes sécuritaires renouvelées et un réel souci pour les personnes.

 

Accès au document intégral: contacter l’auteur à l’adresse delphine.m.moreau@gmail.com

Categories
parution

Les violences envers les femmes à l’île de La Réunion

Parution

couv. Violence envers les femmes à la réunionLes violences envers les femmes à l’île de La Réunion
Poids des chiffres, paroles de victimes

Isabelle Widmer et Dolorès Pourette

Publications de l’Université de Provence, coll. Monde contemporain, 2009.
18 Euros.

www.univ-provence.fr/wpup

Résumé :
Cette recherche sur les violences envers les femmes à l’île de la Réunion est la première enquête de grande envergure permettant de mesurer le phénomène dans ce département d’outre-mer français du sud-ouest de l’océan Indien. Elle s’inscrit dans la continuité scientifique et méthodologique de l’enquête nationale sur les violences envers les femmes (Enveff) réalisée en 2000 en France métropolitaine. Les données de l’étude sont originales car elles apportent un éclairage complet articulant analyses statistiques et socio-anthropologiques des violences subies dans les différents cadres de vie des femmes adultes de l’île (cadre domestique, professionnel et espaces publics). 1 200 femmes de tous milieux sociaux ont été interviewées par téléphone et des entretiens approfondis ont été recueillis auprès de 35 femmes de profils biographiques et socio-économiques variés. Cet ouvrage donne la parole aux femmes réunionnaises afin de briser le silence qui entoure trop souvent les violences dont elles sont victimes au cours de leur vie.

Voir le sommaire et bon de commande